Les Algériens bloqués à l'étranger sont à bout de patience. En plus d'être loin de leurs familles, ils devront composer avec des conditions de vie misérables. Cela fait maintenant trois mois qu'ils sont bloqués à l'étranger, sans qu'aucune information filtre sur leur rapatriement.

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube : http://bit.ly/youtub-obs

Ces citoyens algériens ont appelé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, à mettre fin à leur « supplice ». Épuisés moralement avant d'être démunis financièrement, ils sollicitent l'aide du chef de l'Etat pour qu'ils soient rapatriés dans les plus brefs délais.

A noter qu'un grand nombre d'Algériens bloqués à l'étranger se trouve en Turquie depuis plus de trois mois. Certains ont témoigné de leur calvaire : « Ce qui devait être un court séjour touristique s'est transformé en véritable exil »? ont-ils déploré. En famille, en couple ou célibataire, les Algériens coincés en Turquie se sont déplacés à l'aéroport d'Istanbul le 11 et 12 juin, en espérant regagner le pays.

Jusque-là, les autorités algériennes n'ont rapatrié que 600 Algériens parmi les 1 200 bloqués à Ankara. L'ambassade d'Algérie en Turquie avait publié les listes des rapatriés les veilles des départs. Les personnes qui se trouvent toujours à Ankara ne comprennent pas sur quels critères les responsables « se sont basés pour décider que l’un est prioritaire sur l’autre ».

Dans ce contexte, des groupes d'aide se sont organisés pour assister les Algériens bloqués en Turquie, mais ils rencontrent beaucoup de difficultés. « Il nous faut reconnaître que la situation devient de plus en plus difficile », ont-ils regretté.

Les Algériens bloqués à l'étranger racontent leur humiliation

Les Algériens coincés à l'étranger sont désemparés et dénoncent l’abandon et les humiliations qu'ils subissent. Il se dit que certains sont même tombés en dépression. D'autres ont été contraints de recourir à la mendicité pour survivre.

Selon les dernières statistiques, 4 400 Algériens sont bloqués en France, 450 en Arabie saoudite, 50 en Italie et 36 en Inde. Cela sans compter les Algériens bloqués en plus petit nombre au Brésil, aux États-Unis et aux Maldives. Rappelons que depuis la fermeture des frontières, les autorités n'ont rapatrié que 13 000 ressortissants algériens bloqués à l'étranger.

Lire aussi : Le dossier des ressortissants algériens bloqués à l’étranger « est en étude »