Il semblerait que la hausse du nombre de contaminations au coronavirus en Algérie a créé des désaccords au sein du Comité scientifique chargé du suivi de la pandémie de Covid-19. Certains membres de cette organisation trouvent que cette hausse n'est pas inquiétante, tandis que d'autres tirent la sonnette d'alarme. 

Le porte-parole du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus, Dr Djamel Fourar, préfère relativiser. Il a déclaré, dimanche 21 juin, que la hausse du nombre de cas confirmés n'était "pas inquiétante". Son confrère et membre du même comité, le Dr Bekkat Berkani, pense que ce rebond est, au contraire, "inquiétant".

Pour le Dr Djamel Fourar, cette "légère hausse" de contamination est "naturelle". Il explique que c'est la levée du confinement sur certaines activités qui a conduit à cette augmentation prévisible de cas d'infection.

Le Dr Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique, ne partage pas ce constat. Il estime que c'est le non-respect des mesures de prévention, notamment le port du masque et la distanciation sociale, qui a engendré cette résurgence. Ainsi, ce praticien appelle les services de sécurité à appliquer la loi contre les "citoyens qui violent les mesures de prévention obligatoires".

Le Dr Djamel Fourar reconnaît, toutefois, que le citoyen a un "rôle primordial" dans la lutte contre cette pandémie. Pour lui, le respect des mesures préventives est "la seule issue" pour sortir de cette crise. Par ailleurs, le Dr Bekkat Berkani n'écarte pas la possibilité de réinstaurer le confinement dans certaines régions. Il exhorte les populations à être plus précautionneuses, notamment en portant le masque sanitaire et en respectant la distanciation physique.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Va-t-on vers de nouvelles mesures de confinement ?