Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a alerté une nouvelle fois sur la situation sanitaire qui se dégrade dans le monde. Tedros Adhanom Ghebreyesus a affirmé, ce lundi 22 juin, que la pandémie de Covid-19 continuait de s’accélérer un peu partout sur la planète.

Le directeur général de l'OMS indique qu'« il a fallu plus de trois mois pour que le premier million de cas soit signalé, le dernier million de cas a été signalé en seulement huit jours ». Et d'ajouter : « Nous savons que la pandémie est bien plus qu'une crise sanitaire, c'est une crise économique, sociale et, dans de nombreux pays, politique ».

Tedros Adhanom Ghebreyesus a souligné que les conséquences de la pandémie sur l'économie mondiale sont désastreuse. Il prédit que ses effets se feront sentir sur des décennies. Le patron de l'OMS a également appelé les gouvernements et les sociétés à se préparer à d'éventuelles futures pandémies. Il avertit que les maladies contagieuses peuvent apparaître « dans n'importe quel pays à n'importe quel moment et tuer des millions de personnes parce que nous ne sommes pas préparés ».

L'OMS avertit contre tout relâchement

Cette mise en garde intervient au moment où plusieurs pays dans le monde entament la dernière phase de déconfinement, afin de reprendre une vie normale. Une phase imposée par une situation économique désastreuse et une récession sans précédent de l'économie mondiale. Une phase que le même directeur avait qualifiée de « dangereuse », la semaine passée. Il avait notamment déclaré que, malgré le besoin de déconfiner, le virus continuait de se propager rapidement et restait mortel.

À lire aussi :  Classement de Shanghai 2022 : Les universités d'Afrique du Nord absentes

Il faut rappeler que le patron de l’OMS a mis en garde contre tout relâchement dans une déclaration la semaine dernière. Le DG de l'OMS a alerté sur l'aggravation de la situation, en affirmant que dans les pays où la situation s’améliore, “la plus grande menace est désormais le laisser-aller”.

Lire aussi : Le coronavirus pourrait ne jamais disparaître, prévient l’OMS