Plusieurs familles algériennes sont toujours bloquées en France sans que des informations leur soient fournies sur leur rapatriement. Lundi 22 juin, une centaine d'Algériens avaient manifesté en début d'après-midi devant l'ambassade d'Algérie à Paris. Pour ces protestataires, cette situation n'a que trop duré. Ils réclament aux autorités un plan de rapatriement dans les plus brefs délais. 

Les Algériens bloqués en France, depuis plus de trois mois maintenant, se disent épuisés physiquement et moralement. Beaucoup connaissent une situation financière difficile. Pour survivre, certains se sont endettés et d'autres ont recouru à la mendicité. Parmi ces ressortissants, il y a des maladies chroniques qui n'ont pas les ressources nécessaires pour subvenir à leurs besoins en médicaments. Pour eux, cette situation devient de plus en plus intenable. Ils l'ont d'ailleurs fait comprendre, lundi 22 juin, à travers un rassemblement devant l'ambassade d'Algérie, à Paris.

Un responsable de l'ambassade a accepté de recevoir une trentaine de représentants qui lui ont exposé la situation de ces familles coincées en France. Ils se plaignent d'avoir été d'être délaissés par les autorités de leur pays et déplorent l'absence d'informations concernant leur rapatriement.

Les Algériens bloqués en France déplorent le manque d'informations

Les représentants ont, en effet, dénoncé le manque de communication de l'ambassade d'Algérie en France. Ils font savoir que les fonctionnaires de l'ambassade ne répondent ni à leurs appels, ni à leurs messages. Évasif, le responsable qui a reçu les représentants leur a signalé que même au niveau de l'ambassade, il n'y avait aucune information concernant un plan de rapatriement.

Rappelons qu'entre le 17 et 23 mai, les Algériens bloqués en France ont rempli des formulaires en ligne. L'ambassade a validé ces formulaires et les a transmis au Premier ministère ainsi qu'aux ministères des Affaires étrangères et de l'Intérieur. Cependant, cette catégorie de ressortissants algériens s'interroge sur l'utilité de ces documents. Ils se demandent sur quels critères se sont basées les autorités pour rapatrier 600 personnes le 30 mai. Pour eux, le manque de communication de la part des autorités, notamment de l'ambassade, a créé le doute et la confusion. Affaire à suivre...

Lire aussi : À quand le rapatriement des 3 mille Algériens bloqués en France ?