Les Algériens bloqués en France depuis le début du confinement ont lancé une pétition ce samedi 27 juin afin qu'ils soient rapatriés. Regroupés autour du "Collectif des Algériens bloqués en France", ils réclament une solution urgence pour qu'ils puissent regagner l'Algérie.

Le collectif affirme que « depuis la fermeture des frontières aériennes, maritimes et terrestres, le 17 mars 2020, près de 5 000 Algériens sont bloqués sur le territoire français ». Il rappelle que "ces Algériens, venus pour quelques jours en touristes, pour se soigner ou encore pour des questions administratives, se retrouvent bloqués pendant plus de 4 mois sur une terre étrangère et sans aucune ressource financière".

Ces personnes coincées dans l'Hexagone lancent ainsi un cri de détresse. Elles révèlent qu'elles "vivent un calvaire loin de chez elles, de leurs familles et enfants" et témoignent que "certaines ont même perdu leur travail en Algérie". Le collectif ajoute que "ceux qui n’ont pas eu la chance d’être hébergés par un proche ou de trouver un logement dans un foyer se voient dormir dehors sous des ponts et sur des cartons. Ce sont des personnes âgées, malades, des personnes avec des enfants en bas âge".

Nouveau cri de détresse

Le collectif rappelle que "plusieurs cris d’alarme ont été adressés au gouvernement algérien, des rassemblements ont été organisés devant l’ambassade d’Algérie pour réclamer un rapatriement qui est un droit", mais la représentation diplomatique "reste silencieuse face à la détresse de ses citoyens", regrettent-ils.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Ces Algériens alertent une nouvelle fois et accusent les autorités algériennes de laisser-aller. Ils déplorent que "l’ensemble des Algériens bloqués en France ou ailleurs ne peuvent plus supporter cette situation". "Nous accusons le gouvernement et les autorités algériennes d’indifférence et de négligence envers ses citoyens (...). Fatigués de cette situation, nous demandons un programme de rapatriement dans les plus brefs délais", insistent-ils.

Lire aussi :Leur situation devient intenable : Le désarroi des Algériens bloqués en France