Le sénateur Abdelouahab Benzaïm a lancé un appel, ce jeudi 2 juillet, au ministère des Affaires religieuses, lui demandant d'annuler, pour cette année, l'abattage rituel de l'Aïd el-Adha. Et ce en raison de la propagation de la pandémie de coronavirus dans le pays.

Dans une publication sur son compte officiel, le sénateur Abdelouahab Benzaïm a estimé qu'en raison de la propagation de la Covid-19, « le comité de la Fatwa devrait envisager d'abandonner le rituel du sacrifice le jour de l'Aïd el-Adha ».

Selon lui, « si l'abattage a lieu comme ce à quoi sont habitués les Algériens dans les cours avec le sang et les déchets (...) des contacts avec les familles, les voisins, le virus contaminera des millions de citoyens ».

Benzaïm a ainsi suggéré au ministère des Affaires religieuses de collecter le montant du sacrifice et de le donner en charité. « Sachant que le montant du sacrifice peut être offert comme c'est le cas en Arabie saoudite et pendant la saison du Hadj. Je propose au ministère des Affaires religieuses de collecter ces fonds et de les verser dans le fonds de solidarité ou dans le fonds Zakat, ou de laisser les citoyens décider en fonction de leurs conditions sociales, matérielles et sanitaires ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Le sénateur a, en outre, proposé de fixer un prix unique pour le sacrifice. « La décision est entre les mains du seul comité Fatwa qui décidera de ces questions », a-t-il conclu.

Quelle date pour l’Aïd el-Adha 2020 en Algérie ?

L’Aïd el-Adha (ou Aïd el-Kébir), la fête du sacrifice ou littéralement la grande fête en arabe, est célébrée au dixième jour de Dhou al-hijja. Cette année, cette fête musulmane devrait coïncider avec le vendredi 31 juillet en Algérie, selon les calculs scientifiques établis par les astronomes. Toutefois, il faudra attendre l'annonce officielle de la Commission ministérielle de l’observation du croissant lunaire, seule habilitée à se prononcer sur la date de l’Aïd el Kebir, au terme de l’incontournable nuit du doute.

Notons que, cette année, la célébration de la fête de l’Aïd el-Adha sera différente à cause de la pandémie de coronavirus qui circule toujours en Algérie. Les Algériens ont déjà commencé à se demander comment va se dérouler cette fête religieuse en cette période de crise sanitaire. Si la décision de son annulation n’est pas évoquée, la célébration de cette fête sacrée de l’islam devra se faire dans la stricte intimité et dans le respect des mesures de prévention.