Une femme transsexuelle française d'origine algérienne a été nommée à la tête d’une des plus grandes multinationales américaines des cosmétiques. Sue Y. Nabi va succéder, en septembre, à Peter Harf, fondateur et associé de JAB Investors, le holding familial des Reimann, propriétaire de Coty. 

Ainsi, la transsexuelle vient de briser un tabou dans un domaine où le conservatisme est de mise. L’entreprise Coty, cotée à Wall Street, réalise un coup d'éclat médiatique après le rachat de l’entreprise de cosmétiques de Kylie Jenner puis de celle de Kim Kardashian West. Elle a nommé à sa tête une femme transsexuelle française que rien ne destinait à ce poste.

Sue Y. Nabi est la première femme nommée à ce niveau de responsabilité parmi les géants mondiaux de la beauté. Elle faisait partie des cadres importants appelés à jouer les premiers rôles chez le n° 1 mondial des cosmétiques : L’Oréal. Sue, née Youcef, a commencé sa carrière dans les soins pour homme de la division des produits grand public (Lascad). Elle a ensuite développé son expertise maquillage à Gemey Maybelline, pour ensuite se faire confier la direction du marketing international de la marque L’Oréal Paris. Sue Y. Nabi a eu une ascension fulgurante en prenant la direction de L’Oréal Paris en France et dans le monde.

À lire aussi :  Rifka et Numidia Lezoul écroués dans l'affaire Future Gate

Le droit à la différence, érigé en mode de management

La nouvelle patronne de Coty s'est distinguée dans sa carrière par la manière unique de son management. Elle a érigé le droit à la différence comme pierre angulaire de sa façon de diriger ses équipes. Elle a toujours souligné : "On ne peut être efficace dans une entreprise que lorsque l’on est soi-même. J’invite donc les gens à être en phase avec ce qu’ils sont réellement, et non à adopter des postures”.

Sue Y. Nabi a eu l'audace d'assumer et de rendre visible la part la plus féminine de sa personnalité avant d'aller plus loin, en changeant de sexe et, donc, d’identité. c'est ainsi que Youcef est devenu Sue, avec un Y en forme de rappel de son prénom passé.

Lire aussi :  Mariage « forcé » avec un Algérien : Les nouvelles confidences de Rachida Dati