L'administration américaine continue de sévir contre les étrangers. Elle a décidé, lundi 6 juillet, de ne pas accorder de visa aux étudiants étrangers dont les universités ont opté pour des cours en ligne. Quant à ceux qui sont déjà sur le territoire américain, ils risquent d’être expulsés s'ils sont inscrits dans des universités qui ont choisi de passer au virtuel.

Ainsi, ces étudiants doivent quitter le territoire américain à défaut de s'inscrire dans d'autres établissements. En l'occurrence des établissements proposant des cours avec la présence physique. Cette décision, prise comme mesure de lutte contre la Covid-19, selon l'administration, survient après le gel des cartes vertes.

La police de l'immigration et des douanes a annoncé, dans un communiqué, que les étudiants étrangers ne seraient pas autorisés à rester aux États-Unis si leur université décidait, par peur du nouveau coronavirus, de ne donner que des cours en ligne à la rentrée. Il ajoute que le gouvernement américain ne « donnera pas de visas aux étudiants inscrits dans des programmes intégralement en ligne à l'automne et les garde-frontières ne les laisseront pas entrer sur le territoire ».

Les étudiants étrangers doivent quitter le territoire américain

La police de l'immigration et des douanes indique aussi que les étudiants étrangers présents sur le sol américain « doivent quitter le pays ou prendre d'autres mesures, comme s'inscrire dans une école avec des cours en personne pour conserver leur statut légal ». L'organisme annonce que s'ils ne se plient pas à cette mesure, les étudiants étrangers pourront « faire face à une procédure d'expulsion ».

Par ailleurs, en ce qui concerne les établissements qui opteront pour un modèle « hybride », ils devront certifier que leurs étudiants étrangers sont bien inscrits au maximum possible de cours en personne, afin que ceux-ci conservent leurs droits de séjour. Ces dérogations ne seront pas autorisées pour les études d'anglais ou des formations professionnelles.

Lire aussi : Loterie américaine 2021 : Donald Trump suspend l’immigration aux USA