La réouverture des frontières algériennes ne s'annonce pas pour demain. C'est ce qu'a laissé entendre Mohamed Bekkat Berkani, membre de la Commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie de coronavirus, dans un entretien paru, lundi 6 juillet, sur le journal électronique TSA.

En réaction aux dernières déclarations du ministre tunisien de la Santé, qui avait souligné que l'Algérie pourrait ouvrir ses frontières à partir du 13 juillet prochain (date correspondant à la fin du confinement), Mohamed Bekkat Berkani a fait remarquer que le pays n'était pas encore prêt pour une telle mesure.

« Il n’est pas question, dans la situation épidémiologique dans le pays et dans laquelle est la Tunisie, de permettre à des Algériens d’aller passer des vacances, au risque d’être contaminés à leur retour par le coronavirus », a déclaré Mohamed Bekkat Berkani, également président de l'Ordre des médecins algériens. 

Ainsi donc, la Tunisie, qui comptait sur les touristes algériens pour sauver sa saison estivale, devra revoir ses calculs, puisque les frontières algériennes demeureront encore fermées pour une durée supplémentaire.

« Que chacun garde ses cas positifs et les soigne chez lui »

Le prolongement de la fermeture des frontières algériennes ne concerne pas seulement la voie terrestre. « Pour les lignes aériennes, il se trouve que la France a, semble-t-il, constaté que dans le lot de ses ressortissants rapatriés d’Algérie, il y avait une cinquantaine de cas positifs », a rappelé le membre de la Commission nationale de veille et de suivi de l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Algérie. Et d'ajouter : « Alors, que chacun garde ses cas positifs et les soigne chez lui. Et ce jusqu’à ce que la situation épidémiologique soit acceptable ».

À lire aussi :  Campus France : Voici les nouvelles conditions pour les étudiants

Sur un autre registre, Mohamed Bekkat Berkani a réaffirmé que la hausse vertigineuse du nombre de contaminations au coronavirus en Algérie était due au non-respect des mesures de précautions.

Le retour au confinement total exclu

A ce propos, le responsable préconise d'être « un peu plus ferme dans l’application des décisions. La loi doit surtout s’appliquer dans les endroits clos comme les supérettes et les commerces. Il faut être intransigeant. Il faut qu’il y ait des agents qui sillonnent les commerces et ferment ceux dont les propriétaires ne respectent pas la loi. Ça produira un effet boule de neige et le commerçant d’à côté saura à quoi s’en tenir ».

Bekkat a, en outre, exclu le retour au confinement total en Algérie. « Le confinement total a montré ses limites », estime-t-il.

Lire aussi : Algérie : Le ministre de la Santé exclut le retour au confinement total