Le porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères, Arnaud Gaspart, a annoncé, lundi 6 juillet lors d’un entretien accordé à l’Agence France Presse (AFP), que la Belgique avait décidé de ne pas ouvrir ses frontières aux voyageurs en provenance de 15 pays tiers, dont l'Algérie, jugés sûrs par l'Union européenne. Ainsi, les Algériens ne figurent pas sur la liste des ressortissants étrangers autorisés à entrer en Belgique.

Le porte-parole du ministère belge des Affaires étrangères a déclaré que, parmi les pays faisant l’objet d’une recommandation non contraignante par l’Union européenne, huit « présentaient encore, d’après nos experts, des risques sanitaires ». En effet, Arnaud Gaspart soutient que malgré les recommandations formulées par l’Union européenne, chaque Etat reste maître dans le contrôle de ses frontières.

Ainsi, selon les experts belges, les ressortissants des pays de l’Afrique du Nord présentent des risques sanitaires et ne peuvent, pour l’heure, être autorisés à franchir les frontières belges. Le même porte-parole a indiqué qu'en plus des ressortissants de l'Algérie, de la Tunisie, du Maroc, ceux de la Thaïlande, de la Serbie, de la Géorgie, du Monténégro et du Rwanda ne sont pas non plus autorisés à accéder en Belgique.

Les ressortissants autorisés à entrer en Belgique

Par ailleurs, les ressortissants autorisés à entrer en Belgique sont uniquement les visiteurs en provenance des pays membres de l’Union européenne, dont ceux faisant partie de l’espace Schengen. Le porte-parole des Affaires étrangères a indiqué que sept autres pays, à savoir l’Uruguay, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, le Japon, le Canada et la Chine, « présentent un profil sanitaire suffisant mais n’ont pas encore autorisé l’arrivée des Belges sur leurs territoires ».

Pour rappel, dès la réouverture des frontières, la compagnie aérienne Air Algérie sera autorisée à effectuer des liaisons aériennes internationales vers de nombreux pays d'Europe. Les pays ayant autorisé l’entrée aux ressortissants algériens sont la France, l’Italie ainsi que la Grande-Bretagne. Ces trois pays auraient informé la direction d’Air Algérie que cette dernière était autorisée à effectuer ses vols à destination de leurs aéroports.

Lire aussi : Réouverture des frontières de l’Algérie : Tebboune se prononce