Une plateforme de soutien dédiée aux victimes des agressions sexuelles en Algérie est née. Des personnes engagées ont ainsi lancé le projet intitulé « Tomorrow.is.a.betterday » qui vise à apporter un appui psychologique aux victimes. Ces personnes cherchent à soutenir gratuitement les victimes d’agressions sexuelles et de harcèlements sexuels, indique le média arabophone Jow.News

Des constats alarmants observés, concernant le quotidien auquel font face les femmes en Algérie, ont donné vie à cette plateforme de soutien. En effet, les femmes sont exposées au harcèlement sexuel et aux agressions dans quasiment tous les domaines de la vie. Dans la rue, en faisant les courses, au travail par ses collègues voire ses supérieurs, mais aussi, au sein même du cocon familial. D’ailleurs, de nombreuses femmes ont été ou sont victimes d’inceste, et ce, dès le plus jeune âge.

« Vous n’êtes pas seule, l’erreur n’est pas en vous »

Tel est le slogan brandi par ce groupe de soutien. Les personnes à l’origine de cette plateforme déclarent que « parmi les activités et initiatives entreprises par l’équipe », la divulgation au grand jour des vérités cachées. Au-delà des stéréotypes qu’offrent de nombreuses idées reçues sur les femmes via la télévision « films, séries, ou autres », qui montrent des victimes d’agressions, dehors, seules, dans une ruelle désertique. « La réalité dit que la plupart des cas de viol et d’abus se produisent à la maison, et l’agresseur est connu ».

Par ailleurs, la plateforme de soutien s’occupe également de sensibiliser « les enfants et les femmes aux harcèlements sexuels, aux abus et aux violences sexuelles ». Le groupe combat la culture du viol en Algérie, mais aussi « l’idée de blâme » portée généralement par les victimes. En outre, les personnes qui ont mis en place ce projet « partagent les histoires et expériences des victimes tout en préservant leur anonymat ». Elles s’occupent également « de mettre en relation les victimes avec des psychologues et des avocats ».

 

Lire aussi : Algérie : Les viols, violences et féminicides explosent pendant le confinement