Alors que le coronavirus continue de faire des victimes en Algérie, les responsables des établissements hospitaliers se plaignent depuis quelques jours d'un manque flagrant de moyens de protection. Une situation que n'arrive pas à comprendre le membre du Comité de suivi de l’évolution du coronavirus, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, qui se demande où est passée l'aide de la Chine.

L'Algérie fait face à un manque flagrant de moyens au sein de ses structures sanitaires. Pour le docteur Bekkat Berkani, il est « inadmissible quand il y a un manque d’oxygène et de moyens de protection alors que nous avons passé des mois à dire que nous avons reçu de moyens de protection de la part de la Chine, que nous avons vus à la télévision ».

Intervenant, ce jeudi 9 juillet, sur les ondes de la radio nationale, le spécialiste s'est demandé : « Où est passé ce matériel ? Où sont les tests rapides pour avoir une idée sur l’épidémiologie, en particulier chez les professionnels de la santé ? »

Il faut noter que de nombreux hôpitaux du pays se sont retrouvés saturés et avec une pénurie de moyens après la hausse des contaminations au coronavirus. Les unités d’hospitalisation dédiées à la prise en charge des patients atteints de la Covid-19 sont au bord de l’explosion. Elles manquent de lits et d’oxygène pour les nouveaux patients et se retrouvent dans une situation compliquée.

La situation sanitaire est « alarmante » en Algérie

Lors de son intervention, le docteur Mohamed Bekkat Berkani n'a pas manqué de souligner « le rebond important et inquiétant » de l’épidémie en Algérie, indiquant qu'il faut vite trouver des solutions. À cet effet, il estime qu' « un confinement ciblé et étudié est la solution la plus indiquée ». Il propose, par exemple, de « confiner des quartiers qui sont contaminés pour un temps déterminé afin de préserver la santé des autres gens ».

Avant de conclure, le spécialiste algérien a indiqué que « nous sommes à la croisée des chemins. Il faut absolument que tout le monde réagisse ». Selon lui, « il faut juste revenir à l’aspect de base de la lutte contre l’épidémie, sinon la situation deviendra totalement incontrôlable ».

Lire aussi : Coronavirus : L’Algérie a-t-elle perdu le contrôle ?