Beaucoup d'Algériens présentant des symptômes de la Covid-19 préfèrent éviter de se faire dépister. Leur décision est motivée par l'appréhension de la quatorzaine au niveau des services hospitaliers dédiés à la prise en charge des cas de coronavirus. Cette catégorie de cas suspects préfèrent faire face à la maladie seuls, sans solliciter l'aide des spécialistes.

De nombreuses personnes ont révélé souffrir des symptômes du coronavirus : « Fièvre, maux de tête, toux sèche, une perte de goût et d’odorat...» sont autant de signes évoqués par ces personnes, qui refusent catégoriquement de subir des examens médicaux. Des dépistages, redoutent-ils, qui risquent les obliger à s'astreindre à une quatorzaine dans un hôpital. Chose que ces sujets veulent à tout prix éviter.

Des pharmaciens en guise de médecins

Ces Algériens qui présentent des symptômes liés au coronavirus se rabattent, donc, sur les pharmacies pour acheter des médicaments en vente libre afin de soulager les symptômes. Ils ont décidé de se prendre en charge seuls, entre consommation de médicaments achetés sans ordonnance et confinement volontaire dans le domicile familial.

L'Algérie fait face, depuis la levée du confinement dans certaines wilayas et son allègement dans d'autres, à une recrudescence inquiétante de cas de contaminations au coronavirus. Beaucoup d'hôpitaux se sont retrouvés saturés et les unités d’hospitalisation dédiées à la prise en charge des contaminés sont au bord de l’explosion. Les manques soulevés sont flagrants : lits, oxygène, services d'hospitalisation, personnels...

A noter que l’Organisation mondiale de la Santé avait prédit, au mois de juin dernier, que l’Algérie allait connaître une hausse considérable des cas infectés. L’OMS soutient que seul un vaccin stoppera la chaîne de contamination en Algérie et dans le monde. Selon cette organisation, l’Algérie fait partie d’un « hotspot » de zones à risque, aux côtés du Cameroun et de l’Afrique du Sud.

Lire aussi : La vidéo qui choque l’Algérie : Des malades atteints du Covid-19 abandonnés dans un hôpital