Des opérations de rapatriement des Algériens bloqués dans les différents pays étrangers seront probablement organisées prochainement. C'est ce qu'a laissé entendre le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, samedi 11 juillet. Intervenant au forum du quotidien Echaâb, le chef de la diplomatie algérienne a affirmé que c'était du devoir de l'Algérie de s'occuper de ses ressortissants.

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s'est exprimé samedi sur le cas des Algériens bloqués à l'étranger, notamment les étudiants. "Le rapatriement des étudiants constitue l'une de nos priorités", a déclaré le ministre. Et d'ajouter : "J'espère qu'il y aura une évolution positive concernant leur rapatriement".

Sabri Boukadoum avoue que la question des Algériens bloqués à l'étranger est compliquée. "Il y a une pression et la situation n'est pas facile", estime-t-il. Il affirme, toutefois, qu'"il est du devoir du gouvernement, plus particulièrement du ministère des Affaires étrangères, de préserver la vie des ressortissants algériens".

Sabri Boukadoum a précisé, néanmoins, que la priorité serait donnée aux étudiants et aux personnes malades, promettant qu'"il y aura du nouveau dans ce dossier". "Le nouveau", ce sont peut-être les opérations de rapatriement réclamées par les Algériens bloqués dans plusieurs pays du monde.

5 000 Algériens bloqués en France

Rien qu'en France, il y aurait quelque 5 000 Algériens bloqués, selon la chaîne France 24. "Certains sont partis pour des soins, d’autres pour des vacances de quelques jours, d’autres pour une formation de courte durée…", a rapporté le journal El Watan dans son édition de samedi. 

À lire aussi :  Naufrage de 2 embarcations de harraga : des Algériens disparus en mer, d'autres secourus

Cette catégorie de ressortissants lance un véritable SOS aux autorités du pays. Certains qualifient leur quotidien de "calvaire". "Il y a des gens qui passent la nuit dans les mosquées, il y a des familles entières avec des enfants qui sont dans la précarité la plus totale, et qui n’ont que les émigrés pour leur venir en aide. C’est un calvaire quotidien !", ont-ils confié au même quotidien.

D'autres cris de détresse sont aussi lancés à partir d'autres pays, à l'instar de l'Afrique du Sud où l'athlète Taoufik Makhloufi est coincé depuis plusieurs mois.

Lire aussi : Les Algériens bloqués en France continuent de faire pression sur l’ambassade