Les prix du mouton connaissent une hausse significative à quelques jours de l'Aïd El Adha. Le coût du sacrifice connaît une flambée cette année à cause de la crise sanitaire que traverse le pays ainsi que la fermeture des points de vente et des marchés à bestiaux décidée par le gouvernement.

Ainsi, les moutons se vendent beaucoup plus cher par rapport à la même période de l'année passée. Ils ont augmenté de plus de 10 000 dinars dans certaines régions du pays. La flambée des prix est causée par la fermeture des marchés et des points de vente aléatoires installés chaque année à l'approche de l'Aïd. Ces fermetures ont réduit l'offre et ont fait flamber les prix.

L'interdiction de vente a poussé des spéculateurs à ouvrir des espaces de vente fermés dans la clandestinité. Ces marchands profitent de la crainte des citoyens que les autorités interdisent le sacrifice rituel cette année pour vendre comme bon leur semble. Ils ont trouvé leur propre mode de commercialisation. Ils se sont installés au long de l'autoroute reliant la capitale Alger à Blida, et dans de nombreux quartiers des grandes villes, des magasins, des sous-sols et des espaces pour la vente de béliers de l'Aïd.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Ces commerçants qui ont pris le monopole du marché à cause de la grave pénurie d'approvisionnement spéculent sur les prix et les font flamber, surtout avec l'interdiction de transporter le bétails d'une wilaya à une autre.

Les prix vont baisser dans le cas où le gouvernement interdit le sacrifice cette année

Cette flambée des prix à quelques jours de l'Aïd devra connaitre une baisse significative dans le cas où le gouvernement décide d'interdire le sacrifice des moutons cette année. En effet, cette décision aura un effet sur les prix, étant donné que la demande va baisser considérablement, ce qui va impacter les prix des moutons.

Il faut signaler que cette question du sacrifice de l’Aïd divise les Algériennes et les Algériens. Au moment où les scientifiques et les médecins suggèrent timidement son annulation en Algérie pour endiguer la propagation de la Covid-19, certaines composantes de la société veulent le maintenir. Les autorités ne se sont pas encore prononcées sur la question.

Lire aussi : Algérie : l’Aïd El Adha sera-t-il annulé cette année ?