S'exprimant sur la pandémie de coronavirus dans un blog, ce jeudi 16 juillet, la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a prévenu que le monde n'était pas encore sorti d'affaire. Elle affirme que la crise provoquée par la pandémie est entrée dans une nouvelle phase. Une phase très délicate qui demande de la souplesse pour dépasser la récession économique mondiale.

Kristalina Georgieva a révélé les priorités du Fonds monétaire international dans cette conjoncture. Elle préconise de "maintenir les mesures de protection sociale", de "continuer à dépenser l'argent public pour stimuler l'économie" et de profiter de cette "occasion qui ne se présente qu'une fois par siècle" pour reconstruire un monde "plus équitable, plus vert, plus durable, plus intelligent et surtout plus résilient".

La directrice du FMI a profité de l'occasion pour avertir que la pandémie est encore là. Elle affirme : "Nous ne sommes pas encore tirés d'affaire. Une deuxième vague mondiale de la maladie pourrait entraîner de nouvelles perturbations dans l'activité économique. D'autres risques incluent la valeur distordue des actifs, la volatilité des prix des matières premières, la montée du protectionnisme et l'instabilité politique".

Par ailleurs, Kristalina Georgieva reste optimiste quant à la sortie de crise. Elle évoque "des avancées décisives dans la recherche sur des vaccins et des traitements (qui) pourraient doper la confiance et l’activité économique". Un optimisme relativisé par des "scénarios alternatifs qui soulignent à quel point l'incertitude reste exceptionnellement élevée".

Il faut rappeler que le FMI a prévenu, au mois de juin dernier, que la récession mondiale serait plus dure que prévu. Les prévisions du Fonds monétaire international tablent sur une contraction du PIB mondial de 4,9 % en 2020, contre 3 % en avril.

Lire aussi : Les prévisions alarmantes du FMI sur l’économie algérienne