Le tribunal de la cité Djamel-Eddine d'Oran a condamné, tard dans la soirée du 15 juillet, la chanteuse Siham Japonia à 18 mois de prison ferme, alors que le procureur de la République avait requis 3 ans à l'encontre de la chanteuse, accusée d'"insultes à des fonctionnaires en exercice","outrage à corps constitué","atteinte aux symboles de la révolution nationale" et "prise de photos et enregistrement sans autorisation et diffamation".

La chanteuse a été mise sous mandat de dépôt le 14 juillet passé par le juge d’instruction près le tribunal d’Oran. Elle a été, donc, condamnée le lendemain à 18 mois de prison, suite à la diffusion d'une vidéo dans l'enceinte de l’hôpital d'Oran. La chanteuse est poursuivie par l’hôpital pour insultes à des fonctionnaires en exercice. D'autres chefs d'accusations se sont ajoutés au dossier par le procureur de la République, à savoir "outrage à corps constitué, atteinte aux symboles de la révolution nationale, prise de photos et enregistrement sans autorisation et diffamation".

Les faits remontent à la nuit de vendredi à samedi 11 juillet, lorsque la chanteuse s'est déplacée au service des urgences médico-chirurgicales de l’hôpital d'Oran. Elle a commencé par dénoncer l’absence du personnel et l’état de délabrement de l’hôpital. La chanteuse s’est ensuite déchaînée sur le personnel médical en place en l'insultant. Siham Japonia a fait le tour des services en filmant la situation de l’hôpital et en proférant des insultes à l’adresse du personnel médical. Elle a, aussi, dénoncé l’absence de l’Etat et le manque d’intérêt pour les malades qui attendaient une prise en charge dans le service des urgences. Dans son excès de colère, Siham Japonia a parlé des crânes des révolutionnaires rapatriés en des termes peu respectueux.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Lire aussi : Algérie : Une chanteuse de raï placée sous mandat de dépôt à Oran