Le président Abdelmadjid Tebboune s’est exprimé une nouvelle fois, dimanche 19 juillet, au sujet de la récupération de l’agent détourné par l’ancien régime. Le chef de l’Etat a réitéré son engagement de recouvrer les fonds pillés lors d’une entrevue accordée à certains responsables de médias nationaux.

Lors de l’entrevue diffusée sur les chaînes télévisuelles et radiophoniques nationales, le président Tebboune s’est engagé de nouveau à tenir sa promesse de récupérer les fonds détournés par les oligarques de l’ancien régime de Bouteflika. « Le recouvrement des fonds détournés est un devoir et un engagement que j’ai pris devant le peuple algérien », a-t-il déclaré.

Le chef de l’Etat a souligné qu’ « avant, l’argent sale était utilisé pour designer des walis et des hauts fonctionnaires de l’Etat », promettant de reconstruire l’économie nationale sur de nouvelles bases, plus solides. Il promet aussi qu’il « ne permettrai pas aux lacunes survenues dans le passé de se reproduire »

A ce propos, il a plaidé pour « une rupture définitive entre le passé et le présent en vue de construire un avenir qui soit le prolongement du présent ». Il ajoute que « l'objectif de l'Algérie nouvelle est le salut de la patrie, qui est un devoir national et un droit pour tous les Algériens ».

À lire aussi :  Les investissements directs étrangers en forte chute en Algérie

Par ailleurs, le président algérien a rassuré que les réserves de change de l’Algérie sont de 60 milliards de dollars. Ce qui permettra, selon lui, de redémarrer l’économie nationale sans recourir à l’endettement ou à la planche à billets.

Abdelmadjid Tebboune a également annoncé qu’il procéderait, prochainement, à des changements radicaux dans l’économie nationale, en vue de la libérer de "la mentalité rentière". Il a indiqué que "l'Etat est déterminé à réduire l'incidence des hydrocarbures sur l'économie nationale à 20 % d'ici fin 2021".

Lire aussi : L’Algérie n’a formulé aucune demande pour récupérer l’argent détourné