Le président-directeur général du groupe mondial suisse-allemand Terra Sola, David Heimhofer, déclare, dans une interview accordée au journal El Watan et parue ce lundi 20 juillet, que son groupe a l’ambition de faire de l’Algérie un leader de l’énergie solaire.

L'investisseur et développeur de projets d’énergie solaire photovoltaïque veut investir 5 milliards de dollars en Algérie pour réaliser ses ambitions. Selon le P-DG du groupe, ce projet est devenu possible grâce à un Algérien ayant fait partie du conseil d'administration du géant suisse-allemand. Il s'agit de Belkacem Haouche, qui a fait pression sur le groupe pour investir en Algérie.

David Heimhofer explique que « dans le programme intégré pour l’Algérie, il existe quatre maillons de la chaîne qui comporte la mise en place d’installations solaires photovoltaïques pour 4000 MW, incluant le transport de l’énergie du Sud vers le Nord et bientôt vers l’Europe, la construction d’une plateforme industrielle solaire à Ras El Ma à Sidi Bel Abbes composée de trois complexes de fabrication des composants essentiels de l’industrie solaire photovoltaïque, à savoir les panneaux photovoltaïques, les onduleurs et structures de montage, ainsi qu’un programme de développement de la capacité humaine pour former 10 000 Algériens, et enfin le développement systématique de l’industrie de l’approvisionnement en soutenant financièrement 1 000 PME en Algérie ».

Un projet gagnant-gagnant

Le P-DG explique que « le financement-investissement de ce programme pour un montant de 5 milliards de dollars a été proposé par le conseil d’administration du groupe Terra Sola et ses partenaires internationaux regroupés en consortium pour être soumis à l’Algérie dans une démarche de partenaire gagnant-gagnant ».

Il a tenu à rassurer que « ce financement sécurisé prendra en charge le parachèvement de l’implémentation du programme intégré. L’Algérie ne prendra aucun risque financier, car le remboursement de l’investissement se fera par la vente de l’énergie produite ».

Pourquoi le choix Algérie ?

« D’un côté, l’intérêt de Terra Sola, de ses partenaires technologiques internationaux et des investisseurs pour mettre en œuvre ce programme en Algérie est lié au facteur géophysique et naturel du pays avec certaines des irradiations les plus élevées du monde et le vaste espace disponible pour le solaire ».

Il ajoute que « d’autres pays de la région MENA disposent également des mêmes atouts que l’Algérie, comme l’Egypte ou le Maroc ». Néanmoins, « l’Algérie a une particularité par rapport à ces pays, celle de disposer d’une très bonne infrastructure et d’une base de connaissances dans le secteur de l’énergie, ce qui confère à l’Algérie un avantage important dans la réalisation d’un tel programme », estime-t-il.

Lire aussi : L’Algérie et l’Allemagne signent un accord pour le lancement de « Desertec »