La Fédération internationale de football (FIFA) a infligé, lundi 20 juillet, une lourde sanction à l'USM Alger, club algérien de Ligue 1. Ce dernier est interdit de recrutement lors des trois prochains mercatos pour non-paiement des indemnités dues à son ancien attaquant congolais, Prince Ibara.

La FIFA vient de sanctionner un nouveau club en Algérie. En effet, après le DRB Tadjenanet, le NA Hussein Dey, le MO Bejaïa et autres, c'est au tour de l'USM Alger d'écoper d'une lourde sanction infligée par la plus haute instance footballistique.

Le club des Rouge et Noir a d'ailleurs confirmé l'information via son compte officiel : « L'USMA a reçu, le 20 juillet 2020, la notification de la FIFA lui interdisant tout recrutement de nouveaux joueurs tant au niveau national qu'international pour les trois périodes d'enregistrement dans le dossier Ibara », lit-on dans le communiqué rendu public par la direction du champion d'Algérie la saison passée.

A ce propos, le club algérois indique qu'il a « décidé de s'acquitter du paiement de cette condamnation à partir du mardi 21 juillet 2020 par le biais de la Fédération algérienne de football (FAF) ».

L'USM Alger doit payer 200 000 € à Ibara

Notons que l'international congolais Prince Ibara (24 ans) avait saisi la commission du statut du joueur de la FIFA pour arriérés de salaire non payés par l’USM Alger lors de la saison 2018/2019. Le joueur, auteur de 10 buts en 29 matchs disputés avec le club de Soustara, a résilié son contrat l'été dernier pour rejoindre le club de Beerschot, en Belgique.

À lire aussi :  « Je n’ai pas eu beaucoup de ballons » : Andy Delort explique sa mauvaise prestation

L'instance mondiale de football a tranché en faveur du joueur, en condamnant, une première fois, le club algérien à lui payer 200 000 euros avant le 6 juillet dernier. Mais face au retard accusé par le champion d'Algérie en titre dans le versement du montant dû au Congolais, la FIFA a décidé d'alourdir sa sanction à l'encontre du club algérois.

Lire aussi : Les sanctions de la FIFA continuent de s’abattre sur les clubs algériens