Des Algériens disposant de visas long séjour appellent les autorités algériennes à leur délivrer des dérogations pour quitter le territoire algérien sous motif d'études, ou pour rejoindre leurs conjoints à l’étranger. Une pétition a été lancée pour soutenir leur demande auprès des ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères.      

Les Algériens ayant des visas de long séjour bloqués en Algérie en raison de la fermeture des frontières lancent un cri d’alerte. « Nous souhaitons remplir cette pétition pour formuler une demande auprès des ministères de l'intérieur, des affaire étrangères, ainsi que le premier ministère, pour que le gouvernement ouvre la possibilité de l'obtention de dérogations pour quitter le territoire algérien sous les motifs précités (études ou pour rejoindre leurs conjoints, » lit-on dans la requête.

Une pétition a été lancée par les initiateurs de la demande sur le site Avaaz. Elle devrait accompagner la demande qui sera adressée au gouvernement algérien. Les requérants souhaitent « aussi formuler notre engagement à décharger le gouvernement de toutes responsabilités ou obligations de rapatriement sous motif sanitaire, » a-t-on écrit.

Pour rappel, l’Algérie a décidé de garder encore ses frontières fermées. La décision a été annoncée, le 28 juin dernier, à l’issue de la réunion du Conseil des ministres présidée par le président de la République Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier avait ordonné de garder fermées les frontières terrestres, aériennes et maritimes du pays en raison de la situation épidémiologique en Algérie.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Abdelmadjid Tebboune a indiqué que la décision de rouvrir les frontières ou de les garder fermées sera prise après évaluation de la situation sanitaire, « en fonction de nos capacités et de notre crainte de voir les chiffres s’élever encore plus ».

Abdelmadjid Tebboune n’a pas donné la date de la réouverture des frontières aériennes de l’Algérie. Même s’il estime qu’il n’est pas encore temps de trancher sur cette question, il affirme que cette décision sera prise après évaluation de la situation sanitaire.