Aïd El Adha en France: Brigitte Bardot s'attaque de nouveau aux musulmans

La célèbre actrice française et militante de la cause animale Brigitte Bardot s’est encore attaquée à l'Aïd El Adha, la fête la plus importante de l’année pour les musulmans. Via son compte Twitter, ce mercredi 22 juillet, elle a sévèrement critiqué l'autorisation accordée à l'occasion à la communauté musulmane de France pour accomplir l'abattage rituel. 

La fervente militante de la cause animale a dénoncé énergiquement « l’égorgement de centaines de milliers de moutons » que les musulmans accomplissent chaque année à l’occasion de la fête de l’Aïd El Adha. Elle a qualifié cette pratique de la tradition musulmane de « barbare », déplorant la « souffrance atroce » infligée aux moutons en cette circonstance.

Dans son tweet, Brigitte Bardot n'a pas manqué d'afficher son mépris pour l'Algérie, en déclarant que « la France n’est pas la banlieue de Bab-El-Oued (quartier emblématique d'Alger, Ndlr)». La militante a, par ailleurs, invité toute personne sensible à la cause animale à se joindre à elle : « Le 31 juillet, des centaines de milliers de moutons seront égorgés ! Réagissez, je vous en supplie ! ».

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts

Comme chaque année, Brigitte Bardot appelle les autorités françaises à réagir. Non sans épingler la communauté musulmane, elle se demande : « Si les musulmans en France nous imposent leurs traditions archaïques auxquelles nos gouvernements se soumettent sans que personne réagisse, alors, où allons-nous ? ». « Où est la laïcité tant prônée par nos dirigeants dans tout ce sang versé au nom d’une religion ? », s'interroge-t-elle encore.

« La France n’est pas la banlieue de Bab-El-Oued »

Dans la foulée, Brigitte Bardot a remis en cause la dérogation accordée aux musulmans pour accomplir le rituel de l'immolation, cette pratique étant interdite le reste de l'année. En effet, en France, l’abattage rituel des animaux est interdit par la loi. Cet acte est passible de 6 mois de prison ferme et de 15 000 euros d’amende. Brigitte Bardot a, d'ailleurs, mis l’accent sur cette loi, en affirmant : « Nous sommes en opposition totale avec la souffrance atroce que cette tradition barbare impose à nos moutons ».

A noter que la Fondation Brigitte Bardot, vouée à la cause animale, intervient fréquemment en compagnie des forces de l’ordre dans les abattoirs qui ne respectent pas les droits fondamentaux des animaux destinés à la consommation.

Lire aussi : L’Algérie annonce la date de l’Aïd El Adha 2020

Société « L'immigration tue » : CNews écope d'une amende de 60'000 euros


Vous aimez cet article ? Partagez !