L'homme d'affaires algérien et patron du groupe Cevital, Issad Rebrab, n'a pas fait de don pour la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris. C'est ce qu'a indiqué, mercredi 22 juillet, le directeur de la communication du groupe Cevital, Mouloud Ouali, à l’agence de presse française (AFP). Cette dernière affirme, aussi, que les fondations chargées de la collecte des fonds pour la cathédrale n’ont enregistré aucun don au nom de M. Rebrab ou de son groupe.

Des publications relayées dernièrement sur les réseaux sociaux font état d'une contribution financière conséquente de Issad Rebrab pour aider à la réparation de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Un monument français ravagé par les flammes en avril 2019.

La rumeur disait que « Issad Rebrab a offert une aide financière de 50 millions de dollars à son ami Macron pour contribuer à la restauration de l'église chrétienne ». En parallèle, les auteurs de ces allégations avancent que l'homme d'affaires « n'a pas offert un sou d'aide » à « l'Algérie (qui) traverse une crise financière et économique suite au coronavirus ».

"C'est une rumeur, comme il en existe beaucoup nous concernant"

Cette information a été démentie mercredi par le directeur de la communication et membre de la direction du groupe Cevital : "C'est une rumeur comme il en existe beaucoup nous concernant sur le web. C'est complètement faux et sans aucun fondement", a affirmé Mouloud Ouali à l'AFP.

Dans son fact-cheking, l'AFP confirme que le nom Issad Rebrab et celui de son groupe ne figurent pas sur les listes des donneurs enregistrés par les fondations chargées de collecter les fonds pour la réhabilitation de la cathédrale.

Notons que le patron de Cevital a fait un important don à l'Algérie, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Il avait ordonné l'envoi de plusieurs camions chargés de produits alimentaires vers la wilaya de Blida, qui faisait face à un confinement total.