La Gendarmerie nationale de la wilaya de Constantine, située dans l’est de l’Algérie, a procédé à l’arrestation de 44 membres de la communauté LGBT « lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres », accusés d’avoir « célébré un mariage homosexuel ». Le tribunal d'El Khroub de Constantine a placé deux individus en détention provisoire, lundi 27 juillet, tandis que le reste du groupe a été placé sous contrôle judiciaire, indique le journal arabophone Ennahar.

Selon la même source, deux jours plus tôt, les citoyens ont alerté les services de sécurité sur l'attroupement d'homosexuels dans un appartement situé dans une cité résidentielle. La gendarmerie nationale a effectué une descente dans l’appartement en question, situé dans le quartier Ali Mendjli, où une quarantaine de personnes, majoritairement des hommes, participeraient à la célébration d’un mariage entre deux personnes de même sexe.

Les services de la gendarmerie nationale ont aussitôt interpellé les individus en question. Ces derniers seraient venus de plusieurs wilayas de l’est du pays, dont Biskra, Tarf et Annaba, ainsi que d'Alger afin de célébrer une fête. Les 44 personnes ont été arrêtées et ont comparu devant le tribunal, après enquête.

Toutefois, le chef d'accusation retenu contre les prévenus est en contradiction avec les affirmations de ces derniers. En effet, les 42 accusés démentent avoir célébré un mariage homosexuel. Il s'agissait, selon eux, d'un simple anniversaire organisé pour un « ami ».

Il convient de rappeler qu'en Algérie, l’homosexualité est considérée comme un crime passible d’une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans de détention. Les manifestations de soutien aux LGBT sont aussi strictement interdites. L’homosexualité est punie par l’article 338 du Code pénal algérien. L’article dispose que toute personne adulte « rendue coupable d’acte contre-nature » risque jusqu’à deux années de prison ainsi qu’une lourde amende.

Ces derniers temps, de nombreuses lois ont été renforcées afin d'affermir l'interdiction du mariage homosexuel ainsi que les manifestations de soutien aux minorités sexuelles. Les autorités ainsi que la société rejettent avec force les personnes soupçonnées d’homosexualité. Cependant, les arrestations sont rares, car les membres de la communauté LGBT vivent le plus souvent cachés.

Lire aussi : Algérie : Un couple homosexuel arrêté pour un mariage gay