L'ancien roi Juan Carlos Ier est de plus en plus discrédité par des enquêtes en Suisse et en Espagne pour des faits de corruption et de dissimulation de fortune. Selon les journaux espagnols, le roi Juan Carlos Ier est impliqué dans plusieurs scandales, notamment avec Mohammed VI, le roi du Maroc, qui lui a offert une parcelle de terrain près de la ville de Marrakech. 

Ainsi, en plus des détails sur la gestion opaque des fonds qui auraient été versés par l’Arabie saoudite à l’ancien chef d’Etat, les médias espagnols révèlent un autre scandale du roi Juan Carlos. En effet, ce dernier est accusé d'avoir dissimulé une parcelle de terrain offerte par le roi marocain Mohammed VI. Cette affaire a éclaté suite à la diffusion d'un enregistrement d'une conversation téléphonique dans laquelle l'ex-compagne du roi espagnol a refusé de vendre cette parcelle à une tierce personne.

La presse espagnole s'est interrogée sur ce cadeau que le roi a reçu de la part de Mohammed VI, désigné comme complice dans cette fraude, étant donné que la parcelle, mesurant 45 000 mètres carrés, est située sur le territoire marocain.

Juan Carlos fait l'objet de plusieurs enquêtes

Par ailleurs, Juan Carlos, qui s'est retiré de la vie publique depuis l’an dernier, après avoir abdiqué en juin 2014 en faveur de son fils, Felipe VI, est au centre des investigations lancées par la justice suisse et espagnole. Il est aussi soupçonné d'avoir reçu 100 millions de dollars secrètement sur son compte bancaire.

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Il faut noter que la Cour suprême espagnole a annoncé, en juin dernier, qu'elle se chargeait d’une enquête pour cerner l’éventuelle responsabilité de l’ancien monarque, mais uniquement pour des faits commis après son abdication. Son dossier était ouvert en Espagne depuis septembre 2018, à la suite de la publication d’enregistrements attribués à l’ancienne maîtresse de Juan Carlos, la femme d’affaires allemande Corinna Larsen, dans lesquels elle affirmait que le souverain avait touché une commission lors de l’attribution à des entreprises espagnoles d’un méga-contrat ferroviaire en Arabie saoudite.

Lire aussi : Maroc : Le roi Mohammed VI à nouveau opéré du cœur