L’historien français Benjamin Stora à qui Emmanuel Macron a confié une « mission de réflexion » sur la Guerre d’Algérie, assure que le président français est « prêt à aller loin » pour la réconciliation des peuples français et algérien. Selon l’auteur de « Une mémoire algérienne » qui a accordé une déclaration à RMC ce vendredi 31 juillet, Emmanuel Macron cherche la recette idéale pour avancer sur les relations franco-algériennes.

Benjamin Stora estime que la mission que lui a confiée Emmanuel Macron est « une lourde responsabilité, car tous les présidents qui se sont succédés ont essayé de faire en sorte qu’une amitié puisse exister avec l’Algérie. Car c’est un pays qui compte en Méditerranée, en termes de stratégie et de géopolitique ». Il déclare que « les présidents français sont allés très loin dans la caractérisation du système colonial et Macron lui-même est prêt à aller loin », a-t-il confié.

Selon l’historien français, le travail de mémoire avec l’Algérie est « un enjeu considérable pour la France ». « Ce qu’on appelle la guerre d’Algérie touche des millions de personnes dans leur cœur et leur mémoire », explique-t-il.  Avant d’ajouter que « Emmanuel Macron pourrait y arriver sans passer par des excuses ».

À lire aussi :  40 % des étrangers en France inactifs : Le vrai du faux

L'historien doit remettre au président français des recommandations sur « les gestes à effectuer et les actions à engager dans les mois et années à venir, dans notre pays comme dans ses liens avec l’Algérie, afin d’avancer dans ce travail de mémoire si difficile et pourtant si nécessaire à notre avenir », selon les mots d'Emmanuel Macron. Ce dernier a toujours affirmé qu’il veut s’inscrire dans une volonté nouvelle de réconciliation des peuples français et algérien.

Il faut noter que le spécialiste de la guerre d’Algérie a admis précédemment, que l’écriture commune de l’histoire de la colonisation est “très difficile”, car, explique-t-il, chaque rive a une vision différente de la colonisation. Il estime, toutefois, qu’aujourd’hui, les deux côtés peuvent arriver à “trouver des points d’accord”. En Algérie, Abdelmadjid Tebboune a désigné, de son côté, le Dr Abdelmadjid Chikhi pour mener à bien cette mission.

Lire aussi : France : Benjamin Stora accusé de « complaisance avec l’Algérie »