Le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, s'est exprimé, dimanche 2 août, sur les nombreux incendies qui se sont déclarés ces derniers jours dans plusieurs régions du pays, entraînant des dégâts incommensurables. Il a également réagi au manque de liquidités au niveau des différents bureaux de postes. Djerad a accusé des forces occultes d'être derrière cette situation.

L'Algérie vit depuis quelques jours au rythme d'une vague d'incendies qui ont ravagé plusieurs milliers d'hectares de forêts, de maquis, de broussailles et de vergers. Pour le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, ces départs de feu sont d'origine humaine : ils sont l'oeuvre de pyromanes, est-il convaincu. "Nous avons surpris des gens en train de déclencher des feux de forêt", a-t-il dit, promettant d'autres révélations dans un proche venir : "Vous connaîtrez certainement bientôt leurs aveux", a-t-il lâché.

Notons que durant cette journée de dimanche, les services de sécurité ont arrêté trois individus qui auraient été surpris en flagrant délit de pyromanie, dans la wilaya de Batna.

"Des forces occultes essayent de semer le trouble"

Concernant le manque de liquidité signalé quelques jours avant l'Aïd, le Premier ministre a également évoqué un complot visant la stabilité de l'Algérie. "Nous avons enregistré un dysfonctionnement dans le mouvement de liquidité au niveau des bureaux de poste", a d'abord reconnu Abdelaziz Djerad. Et d'expliquer : "Il y a des individus qui ont essayé d’empêcher l’entrée et la sortie de liquidités des bureaux de poste". Qui sont ces gens ? Le Premier ministre n'en dit pas plus. Il s'est contenté d'affirmer que cette pénurie a été provoquée délibérément par des gens malintentionnés, dans le but de semer le trouble.

Il y a lieu de souligner que n'est pas la première fois que le Premier ministre pointe du doigt "des forces occultes" pour expliquer certaines défaillances. Il a eu la même explication face à la problématique de l'insécurité soulevée dans certaines structures hospitalières.