L'Organisation mondiale de la Santé s'est montrée peu enthousiaste à l'annonce par la Russie de la production de millions de doses de vaccins dès le début 2021. Le porte-parole de l’OMS, Christian Lindmeier, a relativisé cette annonce lors d'une conférence de presse en ligne, lundi 3 août. Il a affirmé que, pour l'heure, l'OMS n'avait « rien vu d’officiel ».

Ainsi, l'Organisation mondiale de la Santé s'est montrée sceptique concernant le vaccin annoncé par les Russes. Son porte-parole a affirmé que « tout vaccin et tout médicament à cette fin doivent bien sûr être soumis à tous les différents essais et tests avant d’être homologués pour leur déploiement ». Il a souligné qu'« il existe des lignes directrices et des directives claires, des réglementations afin de faire avancer les choses de manière sûre et efficace ».

Christian Lindmeier a expliqué les réserves émises par son organisation. Il a déclaré que « parfois, des chercheurs individuels affirment avoir trouvé quelque chose, ce qui est bien sûr, en tant que tel, une excellente nouvelle. Mais entre trouver ou avoir la possibilité d’avoir un vaccin qui fonctionne et avoir franchi toutes les étapes, il y a une grande différence ».

La Russie annonce la disponibilité du vaccin dès septembre

Cette réaction fait suite à l'annonce par la Russie, lundi 3 août, de la production par trois entreprises biomédicales, dès septembre et de manière industrielle, d'un vaccin développé par le laboratoire de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa. Le ministre russe du Commerce, Denis Mantourov, a affirmé que « selon les premières estimations, […] nous pourrons fournir dès cette année plusieurs centaines de milliers de doses de vaccin par mois, puis par la suite jusqu’à plusieurs millions en début d’année prochaine ».

À lire aussi :  Une Kabyle élue Miss Amazigh France 2023 (vidéo)

L'OMS rejoint celle de plusieurs chercheurs qui ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point des vaccins russes. Ces derniers estiment que certaines étapes pourraient être sautées afin d’accélérer le travail, sous la pression des autorités.

L'Organisation mondiale de la Santé ouvre ainsi un nouveau débat sur son rôle dans cette crise ainsi que les conflits d’intérêts dont elle est accusée. Certains observateurs accusent l'organisation de vouloir torpiller le vaccin russe pour des considérations qui n'ont aucun lien avec la santé.

Lire aussi : Covid-19 : « Il n’y aura peut-être jamais de remède », avertit l’OMS