Deux activistes du mouvement populaire Hirak de Timimoun (Adrar) ont quitté la prison ce mercredi 5 août. Poursuivis pour plusieurs chefs d'accusation, les deux activistes du mouvement de protestation populaire quittent la prison après avoir purgé leur peine. 

Ce mercredi matin, Yasser Kadiri et Ahmed Sidi Moussa ont quitté la prison d'Adrar après trois mois de détention. Les deux activistes sont poursuivis pour plusieurs chefs d'accusation, en l'occurrence, atteinte à l’unité de l’Algérie, outrage à un corps constitué et atteinte à la personne du président de la République.

La justice a prononcé, le 22 juillet dernier, à leur encontre la peine de six mois de prison, dont trois mois ferme, assortis d'une amende de 50 000 dinars. Cependant, le procureur de la République près le tribunal de Timimoun ayant requis à l'encontre des deux activistes dix ans de prison ferme, a fait appel du verdict. Ainsi, le procès en appel qui devait avoir lieu lundi 3 août a été renvoyé au 17 du même mois.

Les arrestations et les condamnations se poursuivent contre les activistes du Hirak

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a signalé, ce mercredi sur sa page Facebook, de nouvelles arrestations et condamnations dans plusieurs wilayas d'Algérie. A Adrar, la justice a placé le jeune activiste du Hirak, Laïd Elazaoui, sous mandat de dépôt. Il est accusé, entre autres, d'atteinte à la personne du président de la République, outrage à corps constitué, atteinte à l'unité nationale.

A Mila, Slimane Aggoun a été présenté, aujourd'hui, devant le procureur de la République. Il est accusé d'atteinte à la personne du président de la République et publications Facebook pouvant porter atteinte à l'unité nationale. En attendant son procès en citation directe, qui aura lieu le 7 octobre prochain, il a été relâché.

Par ailleurs, le CNLD a signalé de nouvelles arrestations qui ont eu lieu à travers plusieurs wilayas du pays. Dont à Tizi Ouzou, dans la région de Kabylie, où les forces de l'ordre ont arrêté, mardi 4 août, le jeune Rabah Ziani. A Adrar, la police a arrêté un autre activiste du Hirak, Abderrahmane Boufares.

Lire aussi : Kabylie : Plusieurs arrestations lors d’un rassemblement de soutien aux détenus