L’ancien journaliste franco-algérien, Paul Amar, est revenu le temps d’un entretien accordé au magazine de presse France Dimanche, ce vendredi 7 août, sur son enfance passée à Constantine en Algérie. Une enfance traumatisante bercée par le bruit des bombes, des attentats, et des cris des personnes qui pleuraient leurs proches disparus.

Paul Amar a ainsi confié avoir échappé de peu à la mort pendant la guerre d'Algérie qui avait éclaté alors qu'il n'avait que quatre ans. Le Franco-algérien raconte qu'il était en train de jouer aux billes avec un de ses copains dehors, lorsqu'une bombe a explosé à quelques mètres d’eux. « Mon dos était criblé d’éclats et ruisselait de sang. J’ai échappé de peu à la mort », a-t-il révélé.

Le Franco-algérien a vécu un drame qui a marqué son enfance

Par ailleurs, le Franco-algérien a déclaré que le bruit de la bombe qui a explosé à quelques mètres de lui, n’était pas le souvenir le plus terrible. Il a poursuivi en évoquant un souvenir douloureux qui semble lui avoir laissé des séquelles. Il s'agit de l'assassinat du chanteur juif Cheikh Raymond, le 22 juin 1961.

Ainsi, Paul Amar a confié avoir vu l’individu se faire abattre sous ses yeux. « Mon père m'avait envoyé acheter du pain et du vin, place Négrier et j'ai vu un homme se faire abattre de deux balles et s'écrouler sous mes yeux alors que j'étais à cinq mètres de lui. Je n'avais que 10 ans mais j'ai tout de suite compris la gravité de cet acte », a raconté le Franco-algérien.

À lire aussi :  France : Le coût de la vie pour les étudiants en forte hausse

Paul Amar et sa famille ont quitté l'Algérie juste après le drame

Affolées, les personnes présentes sur les lieux se sont mises à courir et à hurler. Paul Amar, a compris que c'était un homme important qui venait d'être tué. En effet, « Cheikh Raymond était une légende et un homme de paix » a-t-il soutenu.

Dès lors, de nombreuses familles juives de Constantine et d'ailleurs ont décidé de quitter l'Algérie. C'est d'ailleurs une des raisons qui ont poussé ses propres parents à quitter le pays et à rejoindre la France. Un an plus tard, toute sa famille est montée dans un bateau en direction de Marseille. C'est à 18 ans que Paul Amar est arrivé à Paris.

Lire aussi : Paris : La leçon de solidarité d’une jeune Franco-Algérienne