Abdelmadjid Chikhi, conseiller chargé des archives et de la mémoire auprès de la présidence algérienne a indiqué ce jeudi 6 août, que l’écriture commune d’une histoire entre l’Algérie et la France n’est « ni souhaitable, ni possible ». Le conseiller du chef de l'Etat Abdelmadjid Tebboune explique que la partie algérienne « attend de savoir les intentions françaises suite à la désignation de Benjamin Stora pour travailler sur le dossier de la mémoire avec l'Algérie ».

En marge de l’hommage rendu à l’avocate et la militante anticolonialiste, Gisèle Halimi, le directeur général des Archives nationales a indiqué que la partie algérienne attend de savoir « quel volet sera évoqué pour le lancement de ce travail commun » soulignant que « l'on parle d'une écriture commune de l'histoire, qui est, toutefois, ni souhaitable ni possible ».

Concernant la désignation de Benjamin Stora du côté français, Abdelmadjid Chikhi indique que Stora « était à l'origine de l'initiative de l'écriture commune de l'histoire, mais il y a longtemps, en exprimant le souhait de voir des historiens, algériens et français, se rencontrer afin d'écrire l'histoire commune. Je pense qu'il a renoncé dernièrement à cette idée, lorsqu'il avait reconnu que c'était difficile", a expliqué M. Chikhi, se disant, à cet effet, convaincu que "cela est vraiment très difficile, compte tenu de motivations qui diffèrent d’une partie à une autre ».

À lire aussi :  Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants et de cocaïne de et vers l'Algérie

Abdelmadjid Chikhi accuse les Français

Le conseiller chargé des archives et de la mémoire auprès de la présidence algérienne explique que les Algériens veulent « une histoire nationale homogène et chronologique, alors qu'ils veulent une histoire fragmentée", a-t-il indiqué. Et d’ajouter « qu'il y a beaucoup de questions (....) qu'ils veulent peut-être dissimuler et que le peuple algérien était victime d'une période coloniale féroce ».

Par ailleurs, M. Chikhi a révélé que la démarche de restitution des archives auprès de la France est « en cours de traitement, en coordination entre plusieurs services de l'Etat afin de rapprocher les vues ».