Les autorités françaises devraient ouvrir prochainement une procédure dérogatoire pour permettre l’entrée en France à des étrangers dont les Algériens justifiant d’une relation de couple avec un ressortissant français. C’est Jean-Baptiste ­Lemoyne, secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des affaires étrangères, chargé du tourisme, des français de l'étranger et de la francophonie qui a annoncé ce samedi 8 août, la bonne nouvelle au quotidien français, Le Journal Du Dimanche.

Ces couples binationaux parfois, non mariés, non pacsés vivent séparés en raison de la fermeture des frontières pour cause de l'épidémie du Covid-19. Mais aussi à cause de l’arbitraire des services consulaires français qui refusent de leur délivrer des visas d’entrée pour rejoindre leurs conjoints.

Jean-Baptiste ­Lemoyne a confié qu’ « après avoir dialogué avec le collectif ‘Love Is Not Tourism’, nous allons ouvrir une procédure dérogatoire. Les conjoints devront se présenter au consulat avec des documents attestant d'activités communes, leurs pièces d'identité, une preuve de résidence en France pour le conjoint français, un titre de transport aller et retour… ».

Le membre du gouvernement français explique que « ces dérogations, qui seront validées par la Commission interministérielle de crise, entraîneront la délivrance d'un laissez-passer lorsque c'est nécessaire. Ainsi, ces couples pourront enfin se retrouver. Car leur séparation n'a que trop duré ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Conditions pour décrocher une dérogation

Pour décrocher une autorisation spéciale afin de voyager en France, il faudra prouver une relation sentimentale durable. Cela peut passer par un contrat de bail locatif, des factures ou un compte en banque communs, les tampons apposés sur les passeports établissant des visites régulières et pas uniquement des échanges virtuels…

Les conjoints étrangers devront présenter des documents attestant d'activités communes, leurs pièces d'identité, une preuve de résidence en France pour le conjoint français ou un titre de transport aller et retour. En plus du dossier administratif de demande de visa.

Cette décision de la France intervient au lendemain de l’appel de la Commission européenne. Cette dernière avait appelé vendredi, tous les États membres de l'UE à permettre l'entrée sur leur territoire des partenaires non mariés des citoyens et résidents européens, regrettant que "seule une minorité" le permette.

Des dizaines d’Algériens mariés à des françaises bloqués en Algérie

Pour rappel, des dizaines d’Algériens mariés à des femmes françaises ont organisé, en janvier dernier, un rassemblement de protestation devant le siège du ministère des Affaires étrangères à Alger. Ils dénoncent l’arbitraire de l’ambassade et des consulats de France en Algérie qui refusent de leur délivrer des visas d’entrée pour rejoindre leurs conjoints.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Ils sont plus de 100 couples franco-algériens qui vivent le calvaire de la séparation faute de visa d’entrée sur le territoire français. La raison invoquée est l’absence de preuve sérieuse de mener une vie commune.

Les services consulaires français justifient souvent le refus d’octroi du fameux sésame par la formule : « Vous n’apportez pas la preuve de votre intention de mener une vie commune avec votre conjoint français ». Cette justification pose un véritable problème puisqu’elle est basée sur un procès d’intention.