Le ministre russe de la Santé, Mikhaïl Mourachko, a indiqué, dans un communiqué rendu public ce samedi 15 août, que le premier lot du nouveau vaccin contre le coronavirus, mis au point par des scientifiques russes du Centre de recherches Gamaleïa, a été produit.

Mardi 11 août, le président russe, Vladimir Poutine, déclarait qu'un premier vaccin « assez efficace » avait été développé en Russie par le Centre de recherches en épidémiologie et microbiologie Nikolaï Gamaleïa, à Moscou, en partenariat avec le ministère russe de la Défense. Vladimir Poutine avait même affirmé que l’une de ses filles s'était fait inoculer le vaccin, nommé « Spoutnik V ».

Etant le quatrième pays qui compte le plus grand nombre de contaminations, la Russie a entamé rapidement les recherches vaccinales pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Les premières productions de ce vaccin, baptisé « Spoutnik V », ont été entamées et un premier lot a été déjà livré.

Les Russes seront les premiers bénéficiaires

Trois centres ont été mobilisés afin d’entreprendre la production du vaccin « Spoutnik V ». Le directeur du centre Gamaleïa, Alexandre Gunzberg, a indiqué qu'il serait administré, en premier lieu, aux soignants et, en second lieu, à tous les citoyens russes qui se porteront volontaires.

De son côté, le directeur du Fonds d’investissement direct russe, Kirill Dmitriev, a affirmé que la Russie avait, d’ores et déjà, reçu de nombreuses commandes de la part de 20 pays. Ce pays devrait fournir 1 milliard de doses de vaccin aux demandeurs. Le début de la production industrielle serait prévu pour le mois de septembre.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

La communauté scientifique occidentale émet des réserves

A l’annonce de la finalisation de ce vaccin, la communauté scientifique a émis de fortes réserves. Certains chercheurs européens expliquent qu'un vaccin mis au point de manière aussi précipitée peut être extrêmement dangereux.

Pour rappel, l’Algérie a déjà entamé les discussions en vue d'importer des doses suffisantes. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, avait reçu, mercredi 12 août, l’ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie, Igor Beliaev. Lors de cette rencontre, les deux parties avaient évoqué le vaccin contre le coronavirus développé par les scientifiques russes, qui serait disponible sur le marché international vers la « fin 2010, voire début 2021 ».

Lire aussi : Covid-19 en Algérie : L’espoir d’un vaccin avant la fin de l’année