Nous allons nous intéresser aujourd'hui au sujet très épineux de l'homosexualité en Algérie. À travers le regard de la loi et celui de la société, nous tenterons d'en savoir plus sur la communauté LGBT, largement invisibilisée dans ce pays d'Afrique du Nord, où la religion et les traditions occupent une grande place.

Abonnez-vous à notre chaîne : http://bit.ly/youtub-obs

L'homosexualité punie par la loi en Algérie

Tout d'abord, l'homosexualité est illégale au regard de la loi en Algérie. Bien que la Constitution, dans son chapitre IV, garantisse le respect de toutes les formes de libertés et droits individuels, les personnes homosexuelles sont passibles d'emprisonnement dans ce pays. L'article 338 du Code pénal dispose, en effet, que "tout coupable d’un acte d’homosexualité est puni d’un emprisonnement de deux (2) mois à deux (2) ans et d’une amende de cinq cents (500) à deux mille (2 000) DA". "Si l’un des auteurs est mineur de dix-huit ans, la peine à l’égard du majeur peut être élevée jusqu’à trois (3) ans d’emprisonnement et dix mille (10 000) DA d’amende", indique également le même article.

En plus des sanctions prévues par la loi, la communauté LGBT en Algérie doit faire face au rejet d'une majorité de la population qui considère l'homosexualité comme une maladie psychologique. Ce rejet est notamment dû à la place qu'occupe la religion dans la société algérienne, majoritairement musulmane.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Rejet par la société

Ainsi, même s'il n'existe aucun texte religieux qui fait référence à l'homosexualité de manière explicite, cette dernière est considérée comme  un acte contre-nature interdit par l'islam. Cette interprétation se base notamment sur le récit de la cité de Sodome- raconté dans le coran- qui aurait été détruite par Dieu à cause des pratiques homosexuelles de ses habitants. S'il n'existe aucune statistique concernant les atteintes contre les homosexuels en Algérie, ces dernières ne sont pas rares.

Les membres de la communauté LGBT en Algérie sont, en effet, souvent victimes d'actes homophobes qui peuvent aller des insultes et autres atteintes morales jusqu'aux violences physiques et même au meurtre. Le fait que l'homosexualité est un sujet tabou et rejeté par la société fait qu'il est difficile d'estimer le nombre des victimes de ces actes, celles-ci préférant elles-mêmes se taire de peur de se retrouver devant les tribunaux à cause de leur orientation sexuelle. S'ils sont invisibilisés par la société, les membres de la communauté LGBT en Algérie trouvent toutefois dans l'avènement d'Internet et des réseaux sociaux un moyen idéal pour s'exprimer.

Plusieurs pages et groupes sur les réseaux sociaux servent ainsi de support de rencontres et de discussions pour les membres de cette communauté. La communauté LGBT algérienne est également représentée dans plusieurs manifestations internationales dédiées aux homosexuels. On peut citer, à titre d'exemple, la présence d'une équipe d'athlètes représentant l'Algérie lors d'une manifestation sportive pour la communauté LGBT, organisée à Paris, en 2018. Cet événement n'avait d'ailleurs pas manqué de susciter la polémique parmi les internautes algériens.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Plus récemment, une quarantaine de personnes avaient été arrêtées par la gendarmerie dans la ville de Constantine, dans l'est de l'Algérie, pour avoir organisé un prétendu mariage homosexuel. Les personnes interpellées ont toutefois nié les accusations d'homosexualité et déclaré qu'elles ne faisaient que célébrer une fête d'anniversaire. Cet événement n'est pas un cas isolé, puisque les membres de la communauté LGBT en Algérie organisent souvent, dans le plus grand secret, des mariages entre personnes du même sexe. Malgré le rejet à la fois de la société et des institutions, les membres de cette communauté sont de plus en plus nombreux à braver les dangers pour s'affirmer et vivre comme des citoyens à part entière.

D'autres, toutefois, choisissent de s'exiler dans les pays du nord de la Méditerranée pour se sentir acceptés et échapper à la discrimination dont ils sont victimes en Algérie. Alors, l'homosexualité finira-t-elle par être dépénalisée un jour en Algérie ? Ou les membres de la communauté LGBT devront-ils continuer à se cacher par peur de représailles ?