L’Union européenne (UE) a retiré l’Algérie le 30 juillet de sa liste des pays dont les ressortissants sont autorisés à séjourner sur son territoire. Cette décision a été prise en raison de la propagation de la pandémie de coronavirus en Algérie. « La liste verte » devra être actualisée ce dimanche et les Algériens pourraient se voir autoriser à voyager de nouveau en Europe.

La baisse des cas de contamination au coronavirus en Algérie devrait inciter les responsables de l’Union européenne à revoir leur décision. Pour rappel, le bilan de jeudi 27 août a fait état de 397 nouveaux cas de contamination. Un bilan qui poursuit une tendance baissière depuis la mi-août.

Ainsi, afin de rouvrir ses frontières, l’Union européenne a mis en place certaines exigences auxquelles doivent répondre les pays sélectionnés. Ces pays devront répondre à des critères épidémiologiques clairs et stricts. Ils doivent être dans une situation épidémiologique semblable ou meilleure à celle de l’Europe. 

L’Algérie devrait ouvrir ses frontières

Par ailleurs, la réouverture des frontières européennes est conditionnée par la réciprocité avec les pays qui seront autorisés à voyager en Europe. Cependant, l’Algérie, qui maintient ses frontières fermées pour tous les pays étrangers, se retrouve ainsi de fait exclue des mesures d’ouverture des frontières de l’Europe.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Sur ce registre, des informations faisant état de la réouverture des frontières algériennes dès le mois de septembre fusent de certaines sources depuis quelques jours. Bien que les pouvoirs publics en Algérie n’aient encore annoncé aucune date pour la réouverture des frontières, cette possibilité est sérieusement envisagée.

A souligner que la liste des pays sûrs est donnée uniquement par l’UE à titre indicatif, sans caractère contraignant, pour les 27 pays de l’Union européenne. Certains pays membres, comme l’Italie ou la Belgique, ont par exemple choisi de n’ouvrir leurs frontières à aucun voyageur en provenance d’un pays extérieur à l’UE.

Actuellement, seuls des pays comme l’Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie, l’Uruguay et la Chine, sous condition de respect du principe de réciprocité, ont eu carte blanche. C’est une liste évaluée tous les 15 jours et mise à jour selon la situation épidémiologique de ces pays.