Le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, s'est exprimé de nouveau sur l'exploitation du gaz de schiste, dans une émission du journal Le Soir d’Algérie diffusée ce dimanche 30 août. Abdelmadjid Attar a réaffirmé la nécessité d'explorer les capacités de l’Algérie dans ce domaine, pour les exploiter en cas de besoin. 

Le ministre de l’Energie a affirmé que l’Algérie disposait de réserves certaines en gaz de schiste. Il a expliqué qu'« aujourd'hui, Sonatrach fait des évaluations du potentiel. On évalue aussi les zones qui disposent du gaz et la productivité parce qu'il faut qu'on le fasse par précaution ». Il souligne : « Dans 10 ans, moi, je ne suis pas sûr qu'on puisse effectivement assurer notre transition écologique ». Abdelmadjid Attar ajoute que ces évaluations sont faites par « sécurité » mais aussi « pour prévenir ».

« Si jamais d'ici 2030, l’équilibre ne va pas être fait entre l’énergie renouvelable, l'économie d’énergie, de nouvelles énergies aussi s'il le faut, à ce moment-là, nous allons recourir à l'exploitation du gaz de schiste », a-t-il fait savoir. Le ministre de l’Energie indique que le gaz de schiste n'est pas une rente. Il est, pour lui, « un appoint pour la sécurité énergétique au-delà de 10 ans ».

Pas d'augmentation des prix d’électricité et du gaz pour les foyers

Par ailleurs, en ce qui concerne les prix pratiqués par la Sonalgaz, le ministre de l’Energie affirme que le niveau de vie ainsi que le niveau des salaires en Algérie ne permettent pas aux citoyens de payer électricité et le gaz aux mêmes prix qu'ailleurs. Il rappelle qu'"aujourd'hui, le prix moyen du kilowatt est de 4.02 DA. C'est pratiquement 20% des prix pratiqués ailleurs. L’électricité et le gaz sont vendus à perte". Cependant, il rappelle que Sonalgaz est soutenue par le Trésor public.

Abdelmadjid Attar révèle que le gouvernement envisage de "revoir les tarifs de l'électricité et du gaz mais cela ne concerne pas les foyers. Il s'agit d'autres consommateurs qui devraient payer l’électricité et le gaz plus cher".

Lire aussi :Abdelmadjid Attar ouvre la porte à l’exploitation du gaz de schiste