La relation qui lie Renault Algérie à ses employés semble ne tenir qu'à un fil. L'entreprise a pris la décision de la prolongation du chômage technique et le licenciement d'un grand nombre de ses employés. C'est ainsi donc qu'une centaine de salariés ont protesté, mardi 1er septembre, pour dénoncer cette situation.

En effet, des centaines de salariés de l'usine Renault Algérie Production de Oued Tlelat (Oran), ont organisé mardi un sit-in sur le site de l'usine. Les protestataires ont essayé à travers ce rassemblement de dénoncer la précarisation de leur situation.

Il importe de noter que la société Renault Algérie a notifié lundi 31 août à ses employés deux importantes décisions. La société a donc décidé de la prolongation d'un mois supplémentaire du chômage technique et du licenciement économique de plus de 180 contractuels. Des décisions prises, rappellent les syndicalistes, sans concertation avec les travailleurs de l’usine. Ces décisions ont mis le feu aux poudres et ont contraint la section syndicale à organiser cette action de protestation.

Ainsi, des employés ont organisé, ce mardi, un sit-in de protestation dans l’enceinte de l’usine à Oran. A travers ce rassemblement, les protestataires ont tenté de contraindre l’administration de la société à revoir ses deux dernières décisions. Par ailleurs, les protestataires ont appelé l’administration à examiner l’avenir du personnel et de l’usine. Ainsi, selon plusieurs sources, la reprise de la production aura lieu d’ici la fin de l’année, si la société Renault Algérie accepte le cahier de charge.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Lire aussi : Renault Algérie se dirige-t-elle vers la faillite ?