Le procès des frères Kouninef n'a pas eu lieu mercredi 2 septembre, comme il a été programmé au tribunal de Sidi M'hamed, à Alger. Et pour cause, les avocats de la défense ont demandé le report du procès parce qu'ils n'ont pas eu accès à des documents secrets, jugés décisifs pour le déroulement du procès.

Mais quels sont ces documents secrets qui risquent de changer le cours du procès de Reda, Abdelkader-Karim et Tarek Kouninef ? Personne n'a pensé en dire plus. L'on sait qu'il y a une quinzaine de documents concernés auxquels la défense n'a pas eu accès. L'on sait aussi qu'il s'agit de documents qui comptent plus de 250 pages. Sinon, rien.

Ce qui est étrange, c'est que le juge d'instruction a utilisé ces documents comme base essentielle pour l'accusation. Donc, la défense s'est retrouvée privée de documents qu'elle considère comme « la boîte noire » du procès. D'ailleurs, la juge a donné son accord et a reporté le procès au 9 septembre, mais, en plus, elle a ordonné la remise aux avocats de la défense de tous les documents réclamés.

Les documents secrets divulgués le 9 septembre ?

Donc, il faudra attendre le déroulement du procès, le 9 septembre 2020, pour connaître le contenu des 15 documents mystères évoqués par les avocats de la défense. C'est un peu tout ce qui pourrait intéresser le public dans ce procès qui met en accusation les trois frères Kouninef et le gérant de leur société, Kou GC.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Ils sont poursuivis pour plusieurs chefs d'inculpation, notamment blanchiment d'argent, obtention d'indus avantages, trafic d'influence, de concessions et non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets et détournement de foncier. Plusieurs ex-ministres, notamment Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, sont poursuivis dans le même dossier, mais en tant que hauts fonctionnaires de l'Etat, ils devraient être jugés à part.

Lire aussi : Algérie : Les frères Kouninef enfoncent Ouyahia et Sellal