Le collectif  SOS soutien ô Sans Papiers ainsi que plusieurs associations de soutien aux migrants ont lancé un appel aux autorités françaises pour la fermeture des centres de rétention administrative (CRA) en France. Le Collectif a appelé à des rassemblements devant tous les centres de rétention administrative le samedi 5 septembre à 14 heures.

SOS Soutien ô Sans-papiers appelle à se rendre devant tous les centres de rétention le 5 septembre à partir de 14 heures afin d’exiger leur fermeture immédiate et la libération des retenus. Ces collectifs d’aide aux sans-papiers dénoncent « la machine à expulser avec interdiction de retour sur le territoire ».

Ils rappellent que lors de "la première vague" de contaminations, de nombreux CRA ont été fermés grâce à « la lutte exemplaire » des retenus et à la solidarité des soutiens.

Plusieurs dizaines de sans-papiers retenus dans des centres en France, ont entamé depuis quelques jours, une grève de la faim. Les migrants refusent depuis de se rendre au réfectoire. Cette grève de la faim serait autant liée aux conditions administratives de traitement de leurs dossiers qu'à l'irrespect des mesures liées à l'épidémie de Covid-19.

Les centres de rétention administrative remplis d’Algériens

Selon l’association d’aide aux migrants La Cimade, des centaines de sans-papiers algériens sont enfermés en France dans des centres de rétention administrative (CRA) dans des conditions précaires. L’association dénonce des « placements abusifs » alors que les expulsions sont suspendues, en raison de la pandémie de coronavirus.

À lire aussi :  Une mosquée salafiste visée par une procédure de fermeture à Obernai

Selon Paul Chiron, responsable du soutien juridique à la Cimade, “les centres sont remplis d’Algériens mais les frontières de leur pays sont toujours fermées”.

A souligner que les retenus du centre de rétention administrative en France peuvent être écroués pendant 60 jours après avoir été présentés à un juge. Le temps pour la préfecture de trouver un vol afin qu'ils puissent retourner dans leur pays d'origine. Mais avec la pandémie de Covid-19, la plupart d'entre eux sont bloqués en France. Les frontières de leur pays n'ont pas encore été rouvertes.

Lire aussi : Toulouse : Des sans-papiers algériens menacés par le coronavirus