Pierre Audin, fils du martyr de la Guerre de libération nationale Maurice Audin, a réagi, ce vendredi 4 septembre, à sa naturalisation en vertu d'un décret présidentiel et revient, à l'occasion, sur divers sujets qui agitent la scène socio-politique algérienne.

c'est dans un entretien accordé au site électronique TSA que Pierre Audin s’est exprimé sur sa naturalisation. D’emblée, il souligne que sa mère est algérienne par décret du 4 juillet 1963. Ainsi, selon le Code de la nationalité algérienne, Pierre Audin est de fait algérien. Cependant, fait-il savoir, il n'avait pas les documents administratifs attestant de sa nationalité. Selon lui, sa naturalisation est une clarification grâce à laquelle il aura prochainement ses papiers algériens.

Par ailleurs, le fils du martyr de la révolution algérienne a été invité à donner son avis sur l’affaire Khaled Drareni. Sans détour, Pierre Audin réaffirme son soutien au journaliste, en prison depuis le 27 mars. Il considère que Khaled Drareni est un symbole de la presse libre en Algérie et appelle à sa libération immédiate. « Il faut libérer Khaled Drareni et le laisser travailler normalement. Lui et tous les journalistes algériens », insiste-t-il.

D'autre part, Pierre Audin estime que le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue français, Emmanuel Macon, peuvent s’entendre pour permettre aux chercheurs des deux pays d’accéder aux archives, afin de régler définitivement le contentieux mémoriel entre l’Algérie et la France. Pour lui, la coopération doit se faire à tous les niveaux et non seulement au niveau présidentiel. « Je ne sais pas si on réglera le contentieux définitivement, mais en tout cas, on avancera dans le bon sens », conclut-il.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Lire aussi : Pourquoi les archives de la guerre d’Algérie restent inaccessibles ?