L'Algérie devrait bientôt surveiller ses frontières à l'aide d'un système numérisé. Il s'agit d'un système de surveillance des opérations commerciales. C'est ce qu'a annoncé le ministre du Commerce, Kamel Rezig, à l'occasion d'une visite de travail effectuée dans la wilaya frontalière de Tindouf. 

En effet, le ministre du Commerce a affirmé que l'opération de numérisation du système de surveillance des frontières de l'Algérie était à ses dernières retouches. Bientôt donc, les opérations d'importation et d'exportation auront lieu sous l’œil vigilant de ce système numérisé.

Lors de cette visite à Tindouf, à laquelle a participé Aïssa Bekkaï, le ministre délégué au commerce extérieur, Kamel Rezig a fait savoir qu'il serait procédé, la semaine prochaine, à la distribution d'un guide d'application informatisé destiné à l'enregistrement de toute opération d'importation ou d'exportation.

Dans le même sillage, le ministre du Commerce affirme que toute personne désirant créer une société dédiée à l'exportation avec un registre de commerce à part, pourra le faire à partir de la semaine prochaine. C'est-à-dire au même moment que le lancement de l'opération de numérisation du système de surveillance des frontières, en matière de commerce.

Il s'agit, en fait, d'un dispositif qui facilite le commerce de troc frontalier. Avec la numérisation du système, le commerce frontalier sera non seulement facilité pour les opérateurs économiques, mais sera aussi soumis à un contrôle efficace de la part des autorités.

A noter, enfin, que cette visite ministérielle va durer deux jours, lundi et mardi. Elle mènera les ministres Kamel Rezig et Aïssa Bekkaï dans les wilayas frontalières de Tindouf et Adrar et sera l'occasion de donner une attention particulièrement à la mise en oeuvre de l'arrêté interministériel (Commerce et finances) portant sur le commerce de troc frontalier.

Lire aussi : L’Algérie interdit l’exportation de certains produits