Un collectif regroupant des hommes d’affaires, des étudiants et des cadres algériens établis en France s’est constitué pour mener une « sorte de lobbying dans la diaspora ». La communauté nationale établie en France veut ainsi créer une force qui défendrait ses intérêts socio-économiques.  

Cette initiative est apolitique. Elle vise de bâtir un lobby économique et social en France pour l’Algérie. Ce lobby devra s'étendre ensuite partout en Europe.  Car la diaspora algérienne en France est une véritable force économique avec une importante source de revenus pour l’Algérie. D'ailleurs, c'est une diaspora qui a transféré la somme de 1.8 milliard de dollars vers l'Algérie.

C’est la première communauté étrangère en France mais la moins bien structurée. Son influence est énorme. Et si elle arrive à s'unir derrière les questions qui la concernent, elle pourra influer sur les changements même en Algérie.

Selon les initiateurs, les autorités algériennes doivent investir le terrain du lobbying en France et en Europe. L’Algérie doit comprendre l’enjeu d’avoir un appui au niveau de la diaspora. Il s'agit de constituer des lobbies jouant le rôle de courroies de transmission pour défendre les intérêts des ressortissants algériens en France.

Il est important de mettre en œuvre la force de frappe et le poids d’un lobby organisé des Algériens de France sur les enjeux politiques, sociaux et économiques.

C’est dans ce sens que l’ex-ambassadeur d’Algérie en France, Salah Lebdioui, a annoncé au début du mois d'août que le projet de l’ouverture des filiales des banques publiques algériennes en France est en étude. Il avait rappelé les avantages accordés par les autorités algériennes aux Algériens de la diaspora notamment, en termes économiques.

L’ambassadeur d’Algérie en France avait indiqué que « le projet d’ouverture de filiales de banques publiques algériennes en France, est à l’étude ». Il avait aussi souligné les efforts déployés par les services consulaires et ceux de l’ambassade « en vue du renforcement de la relation de nos compatriotes établis en France avec la mère patrie ».