La fermeture des frontières des pays de l'Afrique du Nord a lourdement impacté leur économie. Le Maroc a réagi à cette situation, malgré sa situation épidémiologique compliquée, et a décidé de rouvrir graduellement ses frontières, depuis dimanche 6 septembre. Une décision qui ouvre la voie à l’Algérie pour aller dans le même sens, surtout en sachant que cette réouverture est réclamée par plusieurs opérateurs économiques locaux et souhaitées par les compagnies aériennes étrangères qui, elles aussi, souffrent d'un grand manque à gagner.

Ainsi, la décision prise par les autorités marocaines relance le débat en Algérie sur la question. Elle remet à l'ordre du jour une décision qui a impacté considérablement l'économie nationale. Depuis plusieurs semaines, des voix s’élèvent pour la réouverture des frontières. Les agences de voyages et de tourisme (ATV) ont interpellé les pouvoirs publics pour sauver la filière par l’ouverture des frontières. Les voyagistes avertissent que sans cette décision, le secteur va faire faillite.

De son côté, l’Association du transport aérien international (IATA) a appelé, au début de ce mois, à un assouplissement des restrictions de voyages. Elle a également réclamé la levée des mesures de quarantaine pour rétablir les liaisons aériennes. En outre, l’IATA a exhorté les gouvernements à maintenir les aides financières aux compagnies aériennes pour relancer le trafic mondial.

Les ressortissants algériens à l’étranger privés du pays

Sur un autre plan, la fermeture des frontières a bloqué les ressortissants algériens à l’étranger. Le député représentant de la communauté nationale à l’étranger, Noureddine Belmeddah, avait interpellé Abdelmadjid Tebboune pour lui demander la réouverture des frontières.

Il faut dire que malgré les réticences du Comité scientifique de suivi de la pandémie de coronavirus en Algérie sur la question de l'ouverture des frontières, les pouvoirs publics sont acculés. La situation est désastreuse pour plusieurs secteurs. Il devient impératif de procéder à l'ouverture des frontières. Une réouverture qui pourra se faire de manière progressive, comme au Maroc. Cette décision est nécessaire en cette conjoncture économique pour sauver plusieurs entreprises. Elle permettra aussi aux Algériens bloqués à l’étranger de regagner leur pays.

Lire aussi : Réouverture des frontières : Point sur la situation en Algérie et au Maroc