Établi en Espagne, un chef d’entreprise algérien, nommé Mohamed Omar Dehbi, a lancé, dimanche 6 septembre, une pétition intitulée « Ouvrez les frontières, M. Tebboune ! ». Cette pétition a été mise en ligne par le site « Change.org », afin de mettre la pression sur le chef de l'Etat pour qu'il donne l'ordre de rouvrir les frontières de l'Algérie. 

En effet, de nombreux appels ont été lancés pour demander à Abdelmadjid Tebboune de rouvrir les frontières du pays. Mohamed Omar Dehbi, ce patron d’entreprise algérien installé en Espagne, a donc mis en ligne une pétition pour amener le chef de l'Etat à rétablir le trafic aérien et maritime. Dans la matinée de ce mardi 8 septembre, la pétition avait atteint 583 signatures.

« Ouvrez les frontières, M. Tebboune ! »

L’initiateur de la pétition se demande : « Le monde entier rouvre ses frontières avec des mesures préventives, certes, mais pas l'Algérie. Pourquoi ? ». Pour appuyer sa requête et celle de milliers d'opérateurs économiques et des citoyens algériens bloqués à l'étranger, il assure : « Nous sommes prêts à nous soumettre à tous les tests sanitaires et aux précautions d'usage comme cela est pratiqué dans les autres pays du monde ».

Le chef d’entreprise rappelle aussi que des millions d’Algériens à travers le monde aspirent à rejoindre leurs familles. « Des personnes sont mortes sans avoir eu un dernier échange ou un dernier regard avec leurs proches, des parents sont malades, des familles entières sont séparées et doivent se regrouper », se désole-t-il.

À lire aussi :  L'Espagne recrutera plus de 15 000 saisonnières agricoles au Maroc

A noter que la décision de fermer les frontières de l'Algérie a été prise dans le sillage de la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus. Cette décision est entrée en vigueur le 17 mars dernier. Depuis, l’Algérie maintient toujours ses frontières fermées, alors que les pays voisins comme le Maroc et la Tunisie ont levé progressivement les restrictions sur les frontières.

Lire aussi : Réouverture des frontières de l’Algérie : Ce qu’a dit Sabri Boukadoum