Depuis le début de la pandémie de coronavirus dans le monde, les spécialistes et autres dirigeants du monde disaient que les enfants étaient des porteurs sains. Et qu'ils ne présentaient pas les symptômes classiques que l'on peut voir chez les sujets adultes. Aujourd'hui, il est possible que cette règle soit battue en brèche par une équipe de chercheurs britanniques.

Cela a toujours été un casse-tête pour tout le monde. Comment savoir si les enfants sont contaminés ou non ? Comment éviter qu'ils contaminent notamment des personnes vulnérables , quand on ne sait pas s'ils sont contaminés ou non ?

C'est justement à ces questions que tentent de répondre les chercheurs du King's College de Londres, en Grande-Bretagne. Et ils semblent avoir trouvé une réponse, selon une étude qui utilise une application mobile pour surveiller les symptômes de centaines d'enfants atteints de la maladie.

Il s'agit, selon les scientifiques britanniques, de la perte d'appétit. En effet, plus du tiers (33 %) des enfants malades suivis dans l'étude, ont perdu l'appétit, rapporte le média britannique The Daily Mail. Aussi, ces mêmes enfants, dont la contamination à la covid-19 est confirmée, ne présentent aucun des symptômes classiques du coronavirus. A l'instar de la toux continue, de la fièvre, la grande fatigue et la perte du sens du goût et celui de l'odorat.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Cette découverte de Londres peut être considérée comme une avancée dans la lutte contre la covid-19, notamment parce qu'elle concerne les enfants (moins de 18 ans). Ceux-là mêmes qui sont considérés comme les plus grands facteurs de contamination, surtout qu'ils passent beaucoup de leur temps avec les grands-parents qui représentent justement la catégorie des plus vulnérables.

Lire aussi : Coronavirus en Algérie : Les contaminations poursuivent leur baisse