Les services de sécurité de la wilaya de Bejaïa ont arrêté un imam alors qu’il était en train d’accomplir la prière du vendredi sur la voie publique. Une vidéo de l’arrestation a circulé sur les réseaux sociaux. Les images n’ont pas manqué de susciter la polémique en Algérie.

Les faits ont eu lieu dans la journée du vendredi 11 septembre. Un imam et des dizaines de fidèles ont décidé de faire la prière du vendredi en pleine rue, dans la wilaya de Bejaïa, en Kabylie. Une double violation de la loi, sachant que les prières publiques sont interdites en Algérie et la prière du vendredi n’est toujours pas autorisée pour des motifs sanitaires, malgré la réouverture des mosquées.

La vidéo de la scène a circulé sur les réseaux sociaux. On y voit l’imam et plusieurs autres fidèles en train d’accomplir leur prière entourés de plusieurs éléments de la police. Deux policiers ont tenté de mettre fin à l’acte religieux en interpellant l’imam qui était en pleine prosternation.

Néanmoins, ce dernier refusa de se soumettre aux ordres et décide de poursuivre sa prière. Les policiers ont alors décidé d’employer la force en soulevant l’homme religieux alors qu’il était en pleine prosternation, avant de l’emmener avec eux. Les forces l’ordre ont également dispersé tous les fidèles présents sur les lieux.

L’incident provoque la polémique en Algérie

Il n’en a pas fallu plus pour provoquer une vaste polémique en Algérie. Sur les réseaux sociaux, les avis sont partagés entre ceux qui soutiennent l’arrestation de l’imam, qui « a enfreint la loi », et ceux qui ont critiqué la façon dont a été arrêté cet homme religieux. Ils estiment que les policiers auraient dû le laisser terminer sa prière avant de l’arrêter.

Pour rappel, le gouvernement algérien avait décidé de rouvrir les mosquées ayant une capacité supérieure à 1 000 fidèles depuis le 15 août dernier. Néanmoins, pour les vendredis « seules les prières du Asr, Maghreb et Icha sont accomplies et ce, jusqu’à ce que toutes les conditions soient réunies pour l’ouverture totale des mosquées », avaient indiqué les services du Premier ministre dans un communiqué.

Lire aussi : Kabylie : Un imam se fait lyncher pour avoir rendu hommage à Idir