La mobilisation pour la régularisation des sans-papiers en France ne faiblit pas. La Ligue des droits de l’Homme en France a indiqué sur site officiel qu’une marche grandiose était prévue du samedi 19 septembre au 17 octobre vers l’Elysée, à l'appel de plusieurs organisations, pour exiger la régularisation des sans-papiers.

 

« Parce qu’il s’agit de liberté et de solidarité, nous manifesterons le 17 octobre en hommage à toutes les victimes du colonialisme, du racisme et des violences de la police, en hommage à toutes les victimes des politiques anti-migratoires et des contrôles au faciès », explique la Ligue des droits de l’Homme en France

 

Pour cette organisation, les revendications de ce mouvement de solidarité sont claires : l’égalité de toutes et tous en termes de droit. « Parce qu’il s’agit tout simplement d’égalité, nous manifestons pour imposer enfin la régularisation de toutes et tous les Sans-papiers, la fermeture des centres de rétention et le logement pour toutes et tous », explique encore ladite ligue. 

 

Ainsi, « à l'appel de 19 collectifs de Sans-papiers, de la Marche des solidarités, des Etats généraux des migrations, dont la Ligue des droits de l'Homme est membre, et de plus de 200 organisations, des Sans-papiers marcheront à partir du 19 septembre des quatre coins du pays pour atteindre Paris en une grande manifestation le samedi 17 octobre ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Acte 3 des marches en faveur des sans-papiers 

Suivant la chronologie des événements qui se sont succédé pour exiger la régulation des sans-papiers en France, la manifestation qui sera entamée samedi constitue le 3e acte de ce mouvement pro sans-papiers. « En septembre, des Sans-papiers et des soutiens partiront de Marseille, de Rennes, de Toulouse, de Lille, de Strasbourg, de Montpellier, de Bayonne, de Grenoble, du Havre...», détaille la Ligue des droits de l'Homme. Et d'ajouter : « Ces marches convergeront le 17 octobre à Paris pour aller vers l’Elysée ». 

 

La Ligue des droits de l’Homme fait remarquer que ce mouvement amorcera samedi son 3e acte. Et de rappeler les deux précédentes étapes de la protestation : « Acte 1 : Le 30 mai des milliers de Sans-papiers et de soutiens ont bravé l’interdiction de manifester à Paris et dans plusieurs autres villes. Dans les jours qui ont suivi, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le racisme et les violences policières. Acte 2 : Le 20 juin des dizaines de milliers de Sans-papiers et soutenus ont manifesté à Paris, Marseille, Lyon, Lille, Rennes, Montpellier, Strasbourg et dans de nombreuses autres villes ». 

 

Par ailleurs, la Ligue a regretté le fait que le président français, Emmanuel Macron, n'ait « eu aucun mot pour les Sans-papiers, exploité-es dans les pires des conditions ou perdant leur emploi sans chômage partiel, retenu-es dans les CRA, vivant à la rue ou dans des hébergements souvent précaires et insalubres ». 

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

 

Lire aussi : France : Vague d’indignation après l’arrestation de sans-papiers algériens lors d’une distribution alimentaire