Le boxeur international algérien Nacereddine Bensaïd a traversé la Méditerranée avec un groupe de harraga et a pu rejoindre l'Espagne. C'est ce qu'a annoncé ce mardi 22 septembre son père et entraîneur à l'écran de la chaîne El Bilad

"A six heures du matin, ses frères sont venus me dire que Nacereddine est arrivé en Espagne... J'avoue que j'étais complètement dérouté", affirme son père dans une vidéo, rappelant les capacités de son fils, six fois champion d'Algérie, mais qui a quitté le pays parce qu'il n'avait "rien à faire ici".

"En équipe nationale, il était l'un des meilleurs boxeurs de son poids, 69 kilos, mais il y a une issaba dans le secteur de la boxe qui fait dans le copinage et marginalise les jeunes", estime le père du boxeur qui s'en prendra violemment au président de la Fédération algérienne de boxe.

Pour le père et entraîneur du Nacereddine Bensaïd, son fils n'était pas intéressé par l'émigration. Il se sentait bien en Algérie, mais la hogra (mépris) et la marginalisation ont changé sa façon de voir les choses. "C'est un jeune qui a des ambitions, mais ici, il a subi la hogra dans tous les domaines. Il a vu qu'il n'avait aucune chance devant la issaba", indique-t-il rappelant que lors des derniers jeux méditerranéens qui ont eu lieu en Espagne, son fils aurait pu y rester, mais il est rentré parce que l'émigration ne l'intéressait pas.

Cette nouvelle a mis la maman du champion d'Algérie de boxe dans un sale état, selon son père qui a, lui-même, été choqué par la nouvelle. "A un certain moment, je n'arrivais plus à parler", a-t-il avoué devant la caméra. Et cette nouvelle donne amènera l'entraîneur du boxeur international à lancer un appel aux responsables du sport les exhortant à "enlever la issaba de la fédération et les entraîneurs médiocres qu'ils ont désignés".

Lire aussi : Les harraga algériens déferlent sur l’Espagne