L’ex-patron de la DGSN, Abdelghani Hamel, son épouse, leurs trois fils et leur fille ont été reconnus coupables par la justice. Ainsi, le Trésor public s’apprête désormais à lancer la procédure de récupération de l’argent et des biens, estimés à 10 000 milliards de centimes, en possession de la famille Hamel.

En effet, après la publication du jugement définitif de la famille Hamel, la procédure de récupération de l’argent et des biens de l’ex-DGSN est désormais possible. Le Trésor public peut, à présent, saisir un huissier de justice pour entamer, dans les prochains jours, la procédure de récupération. Parmi les biens dont jouissait la famille Hamel, une longue liste de maisons, locaux commerciaux, sociétés, voitures ainsi que plusieurs comptes bancaires.

Les biens de la famille Hamel que la Trésor public compte récupérer définitivement relèvent de l'inimaginable. La famille de l’ex-patron de la DGSN avait en sa possession, entre autres, une soixantaine de villas, appartements et concessions répartis à travers 19 wilayas d'Algérie, une dizaine de locaux commerciaux, six véhicules, 25 sociétés et 135 comptes bancaires. Il importe de rappeler que la justice a ordonné la saisie conservatoire de tous ces biens depuis le début de l’enquête.

Le Trésor public va aussi récupérer les biens d’ex-responsables condamnés par la justice

Si le nom de la famille Hamel apparaît en tête de liste, le Trésor public va lancer, dans les quelques prochains jours, la procédure de récupération des biens de plusieurs autres anciens responsables condamnés par la justice. Ces biens font déjà l'objet, depuis le début des procès, d’une saisie conservatoire.

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Ainsi, les biens des deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, les deux anciens ministres de l’Industrie, Mahdjoub Bedda et Abdeslam Bouchouareb, ainsi que les biens de plusieurs hommes d’affaires, dont Ali Haddad et les frères Kouninef, seront définitivement saisis. Rappelons que les biens de tous les mis en cause sont répartis un peu partout en Algérie, notamment dans la capitale, Alger.

Lire aussi : Algérie : Les familles des oligarques s’emparent de leurs biens pour éviter leur saisie