Le flou reste total en Algérie au sujet de la réouverture des frontières et de la prochaine rentrée scolaire. Deux points que le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a de nouveau abordés lors d'une intervention, ce jeudi 24 septembre, sur les ondes de la radio nationale.

Invité par la radio algérienne, le premier responsable du secteur de la santé en Algérie a évoqué la question de la reprise des liaisons aériennes. Selon lui, la réouverture immédiate des frontières de l'Algérie est catégoriquement écartée.

« Puisque la pandémie s'est propagée en grand nombre au niveau des pays voisins, nous on va préserver la santé de nos citoyens », a déclaré M. Benbouzid. Il ajoute que le but des autorités algériennes « est de préserver la santé de tous les Algériens, pas uniquement une ou deux personnes ».

Pour le ministre de la Santé, l'Etat préfère miser sur la prudence. Il souligne qu'on ne peut pas se permettre de rouvrir l'espace aérien, car « si l'Algérie rouvre les frontières, un grand nombre de personnes va rentrer, et la pandémie risque de se propager encore », explique-t-il.

« Il faut des sacrifices », enchaîne le même responsable. « C'est une grande responsabilité et les gens doivent comprendre qu'il y a certains pays qui ont ouvert leurs frontières, à l'image de l'Espagne, et les ont refermées. On a besoin de l'expérience des autres pays afin de préserver la vie de nos citoyens », a-t-il insisté.

« La rentrée scolaire doit se faire en Algérie »

Sur un autre volet, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid, s'est exprimé au sujet de la prochaine rentrée scolaire en Algérie, dont la date n'est toujours pas fixée. Le ministre a ainsi fait savoir que la décision est entre les mains « du ministère de l’Education nationale en coordination avec le ministère de la Santé ». Mais le dernier mot reviendra, selon lui, au président de le République et au Conseil des ministres.

Toutefois, le même responsable estime que la rentrée scolaire ne peut pas être annulée : « la rentrée scolaire doit se faire, même si la situation épidémiologique reste inchangée. Les Algériens doivent vivre avec le virus », a conclu le ministre de la Santé.

Lire aussi : Algérie : Vers une réouverture « très progressive » des frontières